Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Antidépresseurs au coeur du procès

La cause du médecin chaux-de-fonnier condamné en mai dernier pour l'assassinat de sa femme en 2008 rejugée en appel devant le Tribunal cantonal. Verdict aujourd'hui.

07 déc. 2011, 00:01
data_art_5549445

En 1988 en Caroline du Sud, le jeune James Wilson tue deux enfants et en blesse une série d'autres. Il prenait du Xanax.

Hier au procès en appel (une possibilité ouverte par le nouveau code de procédure pénale) du médecin chaux-de-fonnier qui a tué sa femme d'un coup de pistolet à la tête le 6 janvier 2008, son avocat Freddy Rumo a cité une bonne dizaine d'exemples où des psychotropes, ou antidépresseurs, seraient derrière toute une série de tueries.

C'était, en début de plaidoirie, une manière d'amener le Tribunal à s'interroger sur les effets pervers des antidépresseurs que prenait le médecin, et qui aurait levé toute inhibition contre ses pulsions de meurtre. Condamné en première instance à La Chaux-de-Fonds à 16 ans de prison, le médecin - et la famille de la victime qui laisse deux orphelines - attendent ce second verdict ce matin.

Dix-huit ans requis

Oui, il faut...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias