Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Les championnats d'Europe, en attendant les Mondiaux

Baptiste Rollier disputera toutes les disciplines lors des championnats d'Europe de Ventspils (Lettonie) qui débutent lundi. A peine remis de blessure, Marc Lauenstein cherchera avant tout à retrouver le rythme. Dès lundi, les meilleurs orienteurs du continent se retrouvent à Ventspils, en Lettonie. Comme à l'accoutumée, l'équipe de Suisse lorgnera les podiums, surtout chez les messieurs. Les deux Neuchâtelois Baptiste Rollier et Marc Lauenstein font, bien évidemment, partie de l'aventure. Pourtant, les deux régionaux abordent la compétition d'une manière bien distincte. En effet, Marc Lauenstein n'a décidé qu'au dernier moment de se rendre sur les bords de la mer Baltique, la faute à une blessure.

25 mai 2008, 12:00

«Je suis ennuyé depuis cinq semaines avec une hanche car j'ai compensé un problème du muscle fessier», révèle-t-il. «J'arrive à courir, mais je connais des hauts et des bas. Je ne peux pas trop monter dans les tours. Un jour, je peux être à 95% de mes capacités et le lendemain à 50%.» Ainsi, Marc Lauenstein ne disputera «que» la moyenne distance et le relais en Lettonie. De ce fait, il entrera en compétition vendredi prochain. «Cela me laisse une semaine supplémentaire pour me «retaper», reprend le Cormontant.

Si le programme du citoyen de Cormondrèche a été allégé, Baptiste Rollier, lui, ne chômera pas. Le Norvégien d'adoption disputera, en effet, toutes les épreuves. Un menu de sept courses en autant de jours qui ne l'effraie pas. «Physiquement, je sentirai peut-être la fatigue en fin de semaine», glisse-t-il. «Mais il s'agira surtout de rester frais mentalement pour réaliser de bonnes courses. Un tel enchaînement d'épreuves constitue une bonne occasion d'emmagasiner de l'expérience.»

Pour ses deuxièmes championnats d'Europe, Baptiste Rollier avoue que ses objectifs «varient en fonction de l'épreuve. En sprint - que je ne devais théoriquement pas courir -, une place entre 15 et 20 serait réaliste. Sur longue distance, je peux viser un rang entre le huitième et le douzième. Enfin, sur la moyenne je devrais me situer entre la 10e et la 15e place. Je me mets un peu de pression, ce sont tout de même des championnats d'Europe».

De son côté, Marc Lauenstein ne veut pas trop s'attacher à ce rendez-vous letton. «Ce n'est pas de la plus haute importance», avoue-t-il. «Je serais surpris d'avoir des jambes d'enfer et je n'ai donc pas d'attentes particulières. Mais, une semaine avant les épreuves de sélection pour les Mondiaux (réd.: dont une aura lieu à Bôle le 6 juin), j'ai besoin de retrouver le rythme. ça peut paraître bizarre, mais je prends ces Européens comme une préparation pour les qualifs mondiales.»

Pour des raisons diverses, les deux Neuchâtelois ont hâte d'arriver en Lettonie, aujourd'hui. «Cela fait un mois que l'on se prépare pour cet événement. C'est le moment qu'il arrive. Ces Européens permettront également de savoir si la préparation était adaptée. En vue des Mondiaux, c'est très intéressant.» «L'important pour moi sera de courir sans avoir de douleurs», poursuit un Marc Lauenstein, qui a déjà pratiqué le terrain letton. En revanche, Baptiste Rollier le découvrira. «Il est rapide et difficile techniquement. Un entraînement et une course de qualification devraient me permettre de m'adapter. Je n'ai pas de soucis à ce niveau-là. C'est une belle semaine, qui vaut la peine d'être vécue», termine-t-il. / EPE

Votre publicité ici avec IMPACT_medias