Conditions hivernales globalement maîtrisées

Hier après-midi, la neige continuait de tomber sur le Littoral. S'il a fallu chaîner quelques bus et travailler parfois de nuit, les choses ne se sont pas trop mal passées depuis vendredi, estime-t-on à la voirie et aux TN. «Moi qui reviens d'Espagne, c'est super!» Le chef de la voirie de Neuchâtel, Antoine Benacloche, s'avoue surpris du spectacle qui l'a accueilli à son retour de pause pascale. Pour autant, il estime que ses services ont rempli leur mission. Non sans stress: «Il a fallu courir à gauche et à droite. Hier matin, encore, à 2h, la police a appelé le personnel de piquet. Vendredi, certains tronçons n'ont pas pu être dégagés, mais ce qui était prioritaire a été fait.» Ce n'était pas le cas de la rue Gibraltar: fermée au trafic vendredi pour cause de verglas, elle n'a été rouverte qu'hier.

26 mars 2008, 12:00

Les habitants semblent avoir été compréhensifs, malgré les désagréments. «Nous n'avons reçu aucune réclamation», indiquait hier avant midi le chef de la voirie.

Les grosses chutes de neige de vendredi étaient certes annoncées, mais pas quinze jours à l'avance. Or, début mars, comme chaque année à pareille époque, le service de piquet hivernal a été levé. C'est que, même s'il arrive qu'il neige sur le Plateau à la mi-mars, «c'est rarement avec cette intensité», explique Antoine Benacloche. La météo, cette fois, a rompu le deal passé de longue date avec la voirie neuchâteloise...

Heureusement les véhicules servant au déneigement étaient restés équipés, ce qui a permis d'agir efficacement. Le personnel en congé disponible a été rappelé et les Parcs et promenades ont aussi fourni leur contingent.

Les Transports publics du Littoral neuchâtelois (TN) ont fait face. «Nous avons connu des difficultés vendredi, lundi matin et hier», indique la porte-parole Aline Odot. «A 9h, à Neuchâtel, certaines rues n'étaient pas dégagées. «Il a fallu chaîner le véhicule qui assurait la boucle des Parcs.» Vendredi, le personnel du service de la voirie a dû déblayer les accès aux dépôts de Marin, Neuchâtel, Cormondrèche, et Boudry, ainsi que les arrêts de la ligne 5. Hier, même opération, dès 3h du matin.

Vendredi, quelques lignes, notamment en direction de Bevaix, Saint-Aubin et Savagnier ont subi des retards. Les TN ont aussi dû cesser l'exploitation du funiculaire de Chaumont à 16h30. Les rares courses en soirées ont été confiées à une compagnie de taxi.

Hier matin, les premières courses du Littorail ont subi du retard en raison d'un aiguillage gelé à Serrières. Une course a sauté.

Durant ces quatre jours, quelques frayeurs. Sur la ligne 9, un autobus a glissé. Hier matin, le premier autobus parti du dépôt de Boudry s'est arrêté contre un talus. Dans les deux cas, pas de casse.

Quant aux taxis, s'ils ont tourné à plein régime, ils n'ont pas forcément fait de bonnes affaires. «Pour les clients, le taxi devrait rouler à la même vitesse, quelles que soient les circonstances, et ils commandent le taxi à la dernière minute», rapporte Patrick Favre de Taxicab. Question météo, Paulo Garcia, de City Taxi, préfère la pluie: cela apporte des clients, sans les inconvénients de la neige. /LBY