Près de 180 politiciens en herbe vont débattre ce week-end à Neuchâtel

De jeunes politiciens de Suisse et d’ailleurs vont se réunir ce week-end à Neuchâtel. L’occasion de débattre et de présenter les activités du Parlement des jeunes de la région.
23 oct. 2018, 15:46
En 2011, Neuchâtel avait déjà reçu les parlements des jeunes suisses. Les politiciens en herbe avaient débattu avec le Vaudois Francois Marthaler et le Neuchâtelois Jean Studer.

Quelque 180 politiciens en herbe vont débattre ce week-end à Neuchâtel. Dès vendredi soir, la 26e Conférence des parlements des jeunes réunira les 15-25 ans, Suisses et Européens,  engagés en politique. Cette année, le Parlement des jeunes de la Ville (PJNE) organisera la manifestation. 

L’événement servira principalement à «avoir une vision globale de la pensée politique actuelle des jeunes», explique Joachim Mauron, responsable de la communication du PJNE. Des ateliers sur différents thèmes politiques seront organisés, ainsi que des débats express avec des politiciens chevronnés. La conseillère nationale Isabelle Moret ou le président des verts’libéraux vaudois François Pointet seront présents.

Les thèmes? La libre circulation, l’égalité salariale ou encore l’énergie nucléaire. De quoi apprendre à argumenter: «C’est souvent ce qui manque à la jeunesse. Le débat est rarement apporté à l’école», assure le responsable de communication. L’exercice permettra également aux politiciens présents de connaître les préoccupations de la jeunesse. Joachim Mauron tient à préciser que ces parlements ne sont pas affiliés à un parti: «Nous ne prenons pas position pour un côté ou l’autre. Nous traitons les sujets politiques dans leur ensemble.» 

Activités méconnues

Créé en 1992, le PJNE, qui compte soixante membres, va bénéficier d’un «rayonnement» en organisant l’événement, comme il l’a déjà fait en 2011. «Nous pourrons montrer nos activités et faire découvrir notre ville», se réjouit Joachim Mauron. Aussi, ce genre d’action mettra en valeur «nos capacités d’organisation d’événements de grande ampleur», glisse-t-il. 

Que répondre à ceux qui s’imaginent un simple week-end de fête? «C’est un cliché implanté depuis longtemps. Les parlements des jeunes et leurs activités sont méconnus. Nous sommes sérieux lors de nos discussions.» Le Neuchâtelois avoue tout de même qu’«il nous arrive de faire l’apéro à des fins de séances… comme les politiciens plus âgés!»

par Vicky Huguelet