Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Un boucher reprend son voisin rue Fleury

17 août 2011, 09:32

Le 30 juin, André Munnier a coupé ses dernières tranches de saucisson, servi ses derniers clients et fermé une dernière fois la porte de sa boucherie, située rue Fleury à Neuchâtel. «J'étais fatigué. Pendant 31 ans, je me suis levé tous les matins à 5h30, y compris le dimanche», explique le boucher.

C'est avec un certain soulagement que son épouse Trudy et lui-même ont remis leur commerce à Henri Gobat. Ce dernier possède déjà la boucherie Carnaseche à Neuchâtel, située à 20 mètres de l'ancienne boucherie Munnier.

Un temps d'adaptation nécessaire

Deux boucheries dans la même rue pour un seul propriétaire? «Avec cela, j'évite la concurrence», plaisante Henri Gobat. «J'ai acquis cette seconde boucherie, car la mienne est une boucherie chevaline. J'avais envie de retrouver la base du métier. Avant, je ne vendais que du cheval et quelques volailles. Désormais, mon offre est très diversifiée.» Le commerce est resté clos un mois pour lui permettre d'entreprendre quelques rénovations. Il a ouvert à nouveau au début du mois d'août.

«Quitter mes clients, ce fut le plus difficile», confie André Munnier. Ces derniers sont cependant satisfaits que la boucherie ait un repreneur. «Ils avaient peur de ne pas retrouver les mêmes produits», précise Henri Gobat, qui continue de fabriquer les spécialités de la boucherie Munnier, à l'instar des pâtés ou des terrines. De plus, il a également repris la partie traiteur, livrant de nombreux menus dans la région tous les midis.

«Il me faudra encore quelque temps pour être dans le bain», confie Henri Gobat. «Je dois m'adapter à cette nouvelle infrastructure. La boucherie Munnier est deux à trois fois plus grande que ma boucherie chevaline.» De ce fait, il a repris la totalité du personnel de la boucherie de son prédécesseur et engagé une vendeuse supplémentaire. De plus, André Munnier se rend encore une à deux fois par semaine dans son ancien commerce pour donner un coup de main à Henri Gobat.

Boucher depuis ses 14 ans, André Munnier ne semble toutefois pas se soucier d'un manque d'activités: il se consacrera au bricolage, jardinage, balades dans son village d'Auvernier et autres cueillettes de champignons. «Croyez-moi, je n'aurai pas le temps de m'ennuyer», affirme le jeune retraité. / MRI

Votre publicité ici avec IMPACT_medias