Réservé aux abonnés 15

La qualité primera sur la quantité

L'humidité du printemps compromet l'abondance de la récolte.

16 août 2012, 00:01
data_art_6301512.jpg

Cette année, les vignes neuchâteloises ont beaucoup souffert de la météo plutôt mitigée. Les précipitations du mois de juin, en pleine période de floraison, ont provoqué la coulure de la vigne. Une partie des fleurs est tombée, diminuant ainsi le nombre de grains par grappe.

L'alternance entre pluies et grandes chaleurs a, quant à elle, fortement contribué au développement du mildiou et de l'oïdium. Ces champignons, qui se font très discrets voire inexistants lors des années sèches comme 2011, se sont multipliés cette saison. Ils s'en prennent aux feuilles de vigne, puis aux baies qui finisse...