L'Etat aide Auvernier à rénover deux puits et une fontaine

Le Conseil d'Etat neuchâtelois a accordé 14 000 francs à la commune d'Auvernier, pour la rénovation de deux puits et d'une fontaine. Une somme considérable, mais qui se justifie, avec en point de mire les festivités du millénaire de la commune en 2011.
26 janv. 2010, 09:35

Une subvention provisoire de 14 000 francs a été allouée par le Conseil d'Etat neuchâtelois, lors de sa séance du 20 janvier dernier, à la commune d'Auvernier. Ce montant servira à restaurer deux puits et une fontaine datant du 18e siècle et classés monuments historiques par le canton.

Le Conseil d'Etat a répondu à une demande du Conseil communal perchette, qui explique que la conservation de ces édicules est à l'ordre du jour. «La commune devra néanmoins financer le reste des travaux», explique Josette Schär, conseillère communale en charge de l'Instruction publique, de l'Urbanisme et de l'Aménagement du territoire.

L'élue indique aussi qu'elle et les autres membres de l'exécutif avaient déjà accepté, en 2008, l'un des premiers crédits de la législature pour ces rénovations. Il se montait à 70 000 francs. La commune doit donc encore débourser 56 000 francs, ce qui représente 80% de la somme totale.

Le puits du Bugnon, qui se trouve dans la ruelle du même nom, nécessite une restauration urgente. Elle est estimée à 47 000 francs et sera vraisemblablement terminée en 2011, dans le cadre des festivités du millénaire d'existence d'Auvernier. A noter qu'une commission planche d'ores et déjà sur l'organisation de cet événement, mais qu'aucune festivité particulière n'est encore prévue pour l'instant.

La fontaine de la Bâla et le puits du château, sis à la place des Epancheurs, seront rénovés ultérieurement. Leur financement, qui nécessite une somme d'environ 23 000 francs, sera dilué dans le temps, la rénovation de ces édicules étant considérée comme moins urgente.

La commune d'Auvernier s'attelle à la conservation de ses petits monuments depuis 2001. Elle avait alors commencé des travaux dans le contexte d'Expo.02. La rénovation des cinq fontaines de la Grand-Rue et du devant de la cure est aujourd'hui achevée. Les trois monuments restants nécessitent eux davantage de temps de travail.

Pour le conservateur cantonal Jacques Bujard, la restauration de ces édicules est très importante. «Il faut dire qu'on ne compte que très peu de monuments en pierre jaune aussi richement décorés dans la région», explique-t-il. Il ajoute que ces monuments arborent, entre autres décorations, des armoiries et de petites sculptures tout à fait remarquables pour des puits et une fontaine, qui sont généralement des installations purement fonctionnelles.

«Ce type de monument nécessite une intervention importante tous les siècles», explique Jacques Bujard. Des restaurateurs-conservateurs spécialisés dans les édifices en pierre se chargent de cette tâche, qui nécessite beaucoup de soin et de délicatesse. «Ces restaurations permettront à ce patrimoine de se conserver en parfait état pendant en tout cas un demi-siècle», estime Jacques Bujard. Espérons-le pour le porte-monnaie des Perchettes! /YSA

La vieille ville de Neuchâtel abrite aussi une fontaine de valeur à la rue du Coq-d'Inde

On peut admirer un édicule semblable à ceux d'Auvernier en ville de Neuchâtel, juste à côté de la place des Halles. Il date de la fin du 17e siècle et est donc un prototype de ce genre de petits monuments décorés. Un bâtiment en pierre jaune imposant surplombe le bassin de la fontaine. Il renferme le puits, qui est composé d'une pompe et d'une canalisation verticale. /ysa