Migros Neuchâtel-Fribourg: le conflit avec Damien Piller se poursuit

Le conflit entre la coopérative Migros Neuchâtel-Fribourg (MNF) et son administration, présidée par l’homme d’affaires et avocat fribourgeois Damien Piller, connaît un nouveau rebondissement.
25 sept. 2019, 19:34
Le siège de l'administration de la coopérative Migros Neuchâtel-Fribourg (MNF) se trouve à Marin-Centre.

Le conflit entre la coopérative Migros Neuchâtel-Fribourg (MNF) et son administration présidée par l’homme d’affaires et avocat fribourgeois Damien Piller, connaît un nouveau rebondissement, après les épisodes déjà mouvementés de cet été.

Une demande de votations générales a été déposée avec pour objet la révocation des membres de l’administration de la coopérative régionale. L’organisation d’un vote auprès des 124’000 coopérateurs de MNF a été arrêtée à mi-septembre, en se fondant sur le fait que la compétence leur revient. Cette décision, que l’entourage de Damien Piller estime sans valeur, a été arrêtée par 24 voix contre 3.

«Acharnement»

Dans un communiqué de leur avocat publié ce mercredi, Damien Piller ainsi que les membres de l’administration de la coopérative basée à Marin (NE) parlent de fuite en avant. «Face à cet acharnement», ils disent rester confiants et continuent de se battre pour établir la vérité.

Un audit, commandé par l’administration de la coopérative Migros Neuchâtel-Fribourg, a présenté de premières conclusions qui blanchissent l’organe de surveillance de la coopérative des accusations de gestion déloyale formulées par le géant orange.

La Fédération des coopératives Migros, basée à Zurich, reproche à Damien Piller une possible gestion déloyale. Elle a transmis des documents à la justice fribourgeoise, tout en lui reconnaissant la présomption d’innocence.

La coopérative emploie environ 2800 personnes dans les deux cantons et réalise un chiffre d’affaires annuel de 800 millions de francs.