Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Il bosse et brosse

La Société de fromagerie a rénové ses installations d'affinage. En pleine expansion, elle a investi 1,2 million, dont un quart pour un robot Plus que centenaire, la Société de fromagerie de Lignières (SFL) ouvre, samedi, ses installations au public. Deux événements pour justifier ces portes ouvertes: les 25 ans d'activités de son laitier-fromager Hanspeter Wälchli et la présentation des nouvelles installations d'affinage de gruyère. Fromage qui accapare l'essentiel de la production des treize écuries affiliées à la SFL.

03 mai 2006, 12:00

Avec une production qui frisait les deux millions de kilos de lait, la vieille cave était exiguë. Elle n'offrait de la place que pour un millier de meules. «Sous-dimensionnée, cette cave posait problème au niveau des exigences de l'AOC», relève Laurent Lavanchy, chef du Service cantonal de l'économie agricole. Un souci écarté, puisque, avec une production passée à 2,3 millions de kilos traités et 3600 places à disposition, la fromagerie de Lignières peut désormais accueillir aussi des meules de la fromagerie de Nods.

Pour cela, la SFL a investi 1,2 million de francs, dont un quart pour le seul robot. Un engin capable de retourner et brosser les meules sans assistance humaine. «Ce robot peut traiter deux fromages en même temps, soit 90 à 130 meules par heure», sourit Hanspeter Wälchli. Auparavant, il lui arrivait de manipuler de 60 à 70 tonnes de fromage en meules en une journée...

Plus-value locale

Les dix-huit fromageries du canton transforment annuellement quelque 30 millions de kilos de lait (un tiers de la production totale). La nouvelle installation de Lignières est donc de taille moyenne à supérieure. C'est que «le gruyère marche bien à l'exportation. Il gagne des parts de marché», indique Claude Humbert-Droz. Le président de la SFL est tout heureux de savoir les installations aux normes de l'interprofession. Car, plutôt que d'être déménagées dans d'autres caves d'affinage, hors canton, dès la 6e ou 7e semaine, les meules de gruyère vieillissent désormais pratiquement trois mois à Lignières. Ce qui réjouit également l'Economie agricole. «Cela représente plus de travail, mais une plus-value intéressante pour la région, note Laurent Lavanchy. Car toute l'industrie laitière se trouve hors du canton.»

Samedi, chacun pourra goûter au gruyère de Lignières ainsi qu'aux spécialités locales. Le football club tiendra la cantine de la grande tente, dressée face à la laiterie. / STE

Fromagerie de Lignières, samedi 6 mai de 9h à 17 heures

Votre publicité ici avec IMPACT_medias