Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Léonard de Vinci au Musée d'histoire naturelle de Neuchâtel

25 mars 2010, 15:32

Le Muséum d'histoire naturelle de Neuchâtel présente une exposition consacrée au génie technique du peintre Léonard de Vinci. L'observation de la nature a inspiré en effet bon nombre des projets d'ingénierie de l'artiste de la Renaissance (1452- 1519).

En plus d'une vingtaine de tableaux connus, Léonard de Vinci a  produit au moins 7000 croquis de machines et engins divers. Gaucher, l'artiste avait inventé sa fameuse écriture «à l'envers», lisible de  droite à gauche à l'aide d'un miroir, pour se faciliter la rédaction des commentaires techniques accompagnant ses dessins.

L'exposition présentée à Neuchâtel est visible à partir de dimanche. Elle fermera ses portes le 1er août. Montrée depuis sept ans dans le monde entier, elle présente une multitude d'engins reconstitués à partir des maquettes et dessins imaginés par le maître de la Renaissance.

Le scénario de l'exposition a varié avec les années, à mesure que  se poursuit le travail de reconstitution des formes décrites sur croquis. La collection d'objets reconstruits est le fruit de quarante années de recherche, a indiqué aujourd'hui Carlo Niccolai, lors d'une conférence de presse.

Histoire de famille

Ce passionné de Leonard de Vinci poursuit à Florence le développement du concept imaginé par son père. Selon lui, les  documents historiques disponibles ne permettent pas de se prononcer sur la proportion d'objets techniques qui furent effectivement construits à la Renaissance à partir des croquis du maître.

Le parachute en forme de tétraèdre, qui a fait l'objet d'un essai il y a quelques années, s'est révélé dangereux à l'usage mais judicieux dans sa conception. Les plans de Léonard de Vinci restent valables cependant pour ce qui a trait aux possibilités de la vis sans fin, de l'arbre à came, de la bielle et du roulement à billes.

Génie polyvalent

Ces concepts techniques sont liés à l'invention de la scie hydraulique, du marteau automatique, de l'excavatrice, du char automoteur, de la machine à coudre. Sur le plan militaire, les croquis de Léonard de Vinci ont donné lieu aussi à l'invention du  char blindé, de la bombe à fragmentation et du missile fuselé.

L'exposition présentée à Neuchâtel donne la mesure du génie époustouflant d'un homme qui semble n'avoir exercé la peinture qu'à ses moments perdus. Dans ses travaux, l'artiste manifeste un intérêt  toujours renouvelé pour la force hydraulique, la dynamique des  fluides, les phénomènes naturels et l'anatomie du corps humain.

Bionique avant l'heure

Un volet de l'exposition est ainsi consacré aux systèmes techniques bioniques, lesquels reproduisent un processus observé dans la nature. La plante bardane a ainsi inspiré l'invention du velcro, comme la toile d'araignée a suscité les progrès réalisés dans l'ingénierie statique.

L'étude des animaux marins et de la peau des dauphins a influencé la conception des navires et des combinaisons de plongée. Léonard de Vinci lui-même s'est inspiré du vol des oiseaux et de la dynamique fluide des airs pour concevoir ses fameuses machines volantes, dont le musée présente un prototype reconstitué. /ats

Votre publicité ici avec IMPACT_medias