L’armée va-t-elle devoir nettoyer sa zone du tir du Forel, dans le lac de Neuchâtel?

Pro Natura et un collectif de recherche demandent à l’armée de nettoyer sa zone du tir lacustre du Forel, au sud du lac de Neuchâtel. Le département de la défense va examiner la situation le mois prochain.
09 oct. 2020, 14:56
La zone du Forel, au sud du lac de Neuchâtel, abrite environ 4500 tonnes de munitions.

Environ 4500 tonnes de munitions de l’armée suisse végètent dans le lac de Neuchâtel. Elles proviennent d’un champ de tir du Forel que l’armée de l’air exploite depuis près de 100 ans. Le ministère de la défense va examiner en novembre la nécessité de les éliminer.

Une porte-parole du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) a confirmé vendredi à Keystone-ATS cette information à la suite d’une enquête de l’émission «10vor10» de la télévision alémanique diffusée jeudi soir.

A lire aussi : En octobre, les Forces aériennes s’entraîneront sur le lac de Neuchâtel

Le champ de tir est situé en face de la Grande Cariçaie, réserve naturelle de 40 kilomètres de long sur la rive sud-est du lac de Neuchâtel. Celle-ci est constituée de landes, de forêts humides et de zones d’eau peu profonde.

Pro Natura à l’attaque

En 2015, l’armée avait fait tester la qualité de l’eau dans la région du champ de tir. Les mesures n’avaient montré aucune pollution significative, selon le DDPS. Par conséquent, ni l’armée ni les organisations environnementales n’avaient jugé nécessaire d’agir jusqu’à présent.

Mais sur la base de photographies subaquatiques prises par le collectif de recherche français «Odysseus», Pro Natura appelle désormais l’armée à agir. «Avec le temps, des métaux lourds seront libérés dans l’environnement», a affirmé Marc Vonlanthen, président de Pro Natura Fribourg, dans l’émission «10vor10».