Réservé aux abonnés

Lambiel à Neuchâtel «comme on ne m’a encore jamais vu»

«Get up!» c’est un chapiteau, quatre scènes, quatre shows. Et Yann Lambiel qui chante, joue, imite. Un artiste au sommet de son art.

11 févr. 2016, 01:31
DATA_ART_9866876

Vendredi 5 février, 15h: un quadra barbu et binoclard fait le pied de grue devant le Café de la gare, à Morges, lieu de l’interview. Est-ce qu’un reste de timidité collerait aux basques de l’humoriste qui redoutait d’«entrer dans un bistrot tout seul» à ses débuts? Il dément sans conviction: «J’ai quand même fait des progrès sur ce plan-là». Mais ne comptez pas sur lui pour jouer les rigolos de service. «Mon fils est drôle, pas moi. Au départ je voulais être chanteur, puis j’ai réalisé qu’en imitant Johnny, je faisais rire, mais c’est l’artifice qui fait rire. Je me sens plus artiste...