Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Satire sous la Coupole

«L'attaque du Palais fédéral», le polar de Jacques Neirynck, mis en scène par Martine Paschoud, souhaite faire exploser Bevaix. De rire Elu le week-end dernier au Conseil communal d'Ecublens (VD), Jacques Neirynck n'envisage pas sa retraite comme paisible. A 74 ans, le démocrate-chrétien vaudois reste à la disposition de son parti pour les élections cantonales de 2007. Conseiller national de 1999 à 2003, il a profité de son passage à Berne pour engranger les éléments de son roman «L'attaque du Palais fédéral» (éd. Favre, 2004).

16 mars 2006, 12:00
Une caricature pour réfléchir

Dès demain, et pour quatre représentations, la Grange du Plan-Jacot à Bevaix accueille la Troupe aux chandeliers (TAC). Les seize comédiens amateurs de la TAC, basée à Ependes (VD), se glissent dans les costumes des conseillers fédéraux actuels. Jacques Neirynck a adapté sa satire politique avant que Martine Paschoud ne la mette en scène. La grande dame du théâtre romand juge «la fable suffisamment explosive pour provoquer un réel échange polémique avec les spectateurs. Quelques idées reçues sur une Suisse protégée des chocs de l'histoire, fière de sa neutralité et confiante dans ses institutions pourraient bien se trouver remises en cause!»

La trame paraît simple: un commando terroriste s'empare des membres du Conseil fédéral. La Suisse n'a plus de gouvernement et se retrouve dans l'incapacité d'en élire un autre. Une caricature qui entend nous faire réfléchir sur notre système. Jacques Neirynck a utilisé la connaissance personnelle qu'il a de nos ministres. Malgré les pseudonymes, on reconnaît Pascal Couchepin, la grande gueule, prêt à se convertir à l'islam pour calmer les terroristes.

Spectateur citoyen

On devine Micheline Calmy-Rey la battante, Joseph Deiss le réservé, ou Moritz Leuenberger le cynique. Ne manque que Hans-Rudolf Merz, jugé trop insipide par Jacques Neirynck. Pour la scène, le polar politique est devenu une série de sketches. Un choeur sert d'intermédiaire entre le plateau et la salle. Le spectateur citoyen est invité à participer. Il faut profiter de ce regard amusé sur notre démocratie. / JLW

Bevaix, théâtre du Plan-Jacot, le 17 mars à 20h30, le 18 mars à 16h et 20h30 et le 19 mars à 17h

Votre publicité ici avec IMPACT_medias