Votre publicité ici avec IMPACT_medias

L'heure de quelques vérités

La lecture des rapports qui décortiquent les comptes de la Ville permet de mettre le doigt sur certaines données piquantes. Par exemple, le montant des rentes que touchent, à vie, les anciens conseillers communaux. Les membres du Conseil général de Neuchâtel se pencheront lundi sur les comptes 2005 de la Ville, qui bouclent avec sept millions de déficit. En guise d?amuse-gueule, voici quelques sujets piquants qui figurent dans le rapport du Conseil communal et qui n?ont pas manqué d?interpeller les membres de la commission financière et de ses sous-commissions.

04 mai 2006, 12:00

Ce que gagnent les anciens conseillers communaux. Une rente à vie: c'est ce que perçoit chaque conseiller communal quittant l'exécutif après y avoir passé plus de cinq ans. Le montant de cette pension s'élève au maximum à 50% du salaire perçu et dépend de la durée de fonction ou encore de l'âge du conseiller communal. Touchent le maximum ceux qui ont exercé leur fonction durant douze ans au moins et qui sont âgés de 50 ans et plus. Les commissaires financiers notent que sur les onze anciens conseillers communaux actuels, sept d'entre eux ont perçu une rente en 2005 et quatre ne l'ont pas sollicitée ou n'y ont pas eu droit. De plus, six conjointes survivantes d'anciens conseillers communaux ont reçu une pension. L'année dernière, tous ces citoyens se sont réparti la somme de 712.000 francs.

La masse salariale des cinq conseillers communaux actuellement en fonction s'élève quant à elle à 1,04 million de francs.

Des bâtiments qui «menacent de s'effondrer». En 2005, la Ville a dû procéder à la réfection complète de la toiture de l'école enfantine des Charmettes, «qui menaçait de s'effondrer». Elle a également réaménagé les WC publics du Jardin anglais, dont la «charpente moisie menaçait de s'effondrer». Ces formulations n'ont pas manqué d'étonner les membres de la sous-commission «Urbanisme», qui ont interpellé le chef de service concerné. Celui-ci «admet que la Ville intervient souvent à la dernière minute et que l'intervention tardive renchérit les travaux à cause de dégâts collatéraux». Il assure en revanche que «la sécurité n'est jamais compromise». Un rapport au Conseil général visant à améliorer la gestion de l'entretien des bâtiments est en préparation.

La grippe aviaire dope les entrées. «La grippe aviaire a contribué à faire connaître l'exposition du Muséum d'histoire naturelle, intitulée «Poules», loin à la ronde. La fréquentation de l'exposition en a profité», indiquent les commissaires qui se sont penchés sur la gestion 2005 des Affaires culturelles. Ils précisent toutefois que le confinement des volailles a «donné du fil à retordre» au musée.

Relations tendues entre les polices. Le projet de police unique élaboré par le canton «n'a fait l'objet d'aucune concertation avec les partenaires de Police 2006», note une sous-commission. Elle regrette que cette démarche ait «dégradé les relations entre les autorités policières de la Ville et du canton».

Le coût de l'accident du Fun'ambule. Le 30 octobre 2004, une voiture du Fun'ambule déraillait pour des raisons techniques. Les dégâts ont été chiffrés en 2005 à 433.000 francs. L'assurance a remboursé 246.000 francs à la Ville. Mais l'imprévu aura tout de même coûté 187.000 francs à la collectivité.

Cartes journalières CFF prises d'assaut. Les cartes journalières CFF proposées par la Ville pour 35 francs l'unité ont remporté un grand succès en 2005. Toutefois, afin de «simplifier la gestion de la vente», les Services industriels ne contrôlent plus l'identité des utilisateurs, «mais précisent que cette offre est destinée prioritairement aux habitants de la commune»...

Baby-boom dans les hôpitaux. Le nombre de nouveaux-nés accueillis dans les hôpitaux de la Ville a augmenté de 25% en 2005, pour passer de 847 à 1061. Un «baby-boom» qui s'explique par la fermeture en mai de la maternité de Landeyeux.

7% de la population de Neuchâtel à l'aide sociale. Chaque assistant social de la Ville est en charge de 130 dossiers en moyenne, un chiffre qui dépasse la norme de 100 dossiers par assistant inscrite dans la loi et tolérant une variable de plus ou moins 20%. Un quart des dossiers concerne des jeunes de moins de 25 ans. Aujourd'hui, 7% de la population de Neuchâtel bénéficie de l'aide sociale.

Les musées de la ville gratuits chaque jour? Ne faudrait-il pas rendre les musées de la ville gratuits? C'est ce que suggère un commissaire financier, au vu des recettes «modestes» des établissements. Une idée qui a été à l'origine d'une «discussion animée» entre les différents conservateurs, dont un seul serait favorable à la gratuité. / VGI

Votre publicité ici avec IMPACT_medias