L’exposition "Ding Dong" a fait son temps à Neuchâtel

Neuchâtel: l’exposition "Ding Dong" a pris fin ce mercredi 18 septembre. Mais certaines horloges resteront.
19 sept. 2019, 15:35
L'une des 32 horloges photographiées lors du grand pique-nique du 18 mai dernier au centre-ville de Neuchâtel.

L’heure a sonné. L’exposition «Ding Dong. Des artistes et des horloges à Neuchâtel» a tiré sa révérence ce mercredi 18 septembre. Un finissage en musique s’est tenu à l’hôtel de ville. Cette exposition, composée de 32 horloges géantes décorées par presque autant d’artistes, a pris place dans les rues de Neuchâtel pendant 5 mois.

«Ça a très bien marché», explique Eva Volery, responsable du projet «Ding Dong» pour la Ville de Neuchâtel. «De nombreuses personnes avaient même leur horloge préférée.»

Celle acquise par la banque CIC semble avoir particulièrement séduit ses propriétaires. En effet, elle continuera de trôner dans le jardin de leurs nouveaux locaux, au Faubourg du Lac. «Nous l’avons gardée pour sa visibilité, mais c’était également un choix esthétique car son apparence est en accord avec le jardin où elle est installée», explique Cécile Gauvenet, gestionnaire de clientèle à la banque CIC.

D’autres resteront

D’autres horloges resteront d’ailleurs en place. Plusieurs acquéreurs, notamment les hôtels Alpes et Lac et Beaulac, ont choisi de conserver leur pendule géante. «Toutes les horloges ont été sponsorisées par des entreprises locales et leurs propriétaires ont financé leur décoration. Ils seront libres d’en disposer», précise Eva Volery, responsable du projet. «Toutefois, les horloges situées dans l’espace public seront retirées pour laisser la place aux stands de la Fête des vendanges.»

La responsable du projet tire un bilan très positif de cette exposition. «Nous avons rencontré un gros succès avec le concours Instagram que nous avons mis en place.» Cet avis fait écho à celui de Denis Roueche, l’artiste neuchâtelois à l’origine du modèle de base des horloges. «J’ai eu un excellent ressenti avant même que l’exposition ne commence. J’ai reçu des retours très agréables de la part des artistes impliqués dans la décoration des horloges. Ivan Moscatelli, notamment, s’est montré très enthousiaste.»

Denis Roueche déclare en outre avoir particulièrement apprécié de travailler sur ce projet. «Je suis Neuchâtelois et j’aime cette ville. C’était pour moi l’occasion de m’impliquer dans une activité culturelle neuchâteloise et de promouvoir le centre-ville.»

Grégoire Egger