Réservé aux abonnés

L’expérience du jeûne: s’ouvrir l’appétit pour s’ouvrir l’esprit

Se priver de nourriture est une pratique qui séduit de plus en plus d’adeptes, selon les observations d’Ophélie Bidet, sociologue et chercheuse à l’Université de Neuchâtel. Témoignage de deux jeûneuses qui ont tenté l’expérience pendant une semaine.
16 oct. 2020, 05:30
Martine Baiocco, 43 ans, a tenté l'expérience du jeûne pour la première fois.

Elle n’a rien mangé pendant une semaine. Martine Baiocco, 43 ans, habite près de La Chaux-de-Fonds. Juriste à Berne à 60%, cette maman de deux enfants a tenté l’expérience du jeûne en juillet. À Montavon, dans le Jura, elle n’a rien avalé d’autre qu’un jus de légumes un peu fade le matin, et un bouillon tout aussi peu goûtu le soir.

Nourrir la réflexion

La motivation de Martine? «Faire du bien au corps», répond-elle avant d’approfondir: «R&ea...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois