Réservé aux abonnés

«Je me sens chétif devant lui»

Philippe et Sylvain Tesson se retrouvent pour parler de la transmission.
03 oct. 2017, 00:12
DATA_ART_11560969

L’un se définit comme un écrivain de l’instant, de l’éphémère. Comme un journaliste amputé: «Je n’ai pas fait de l’information stricto sensu mais de l’éditorial.» Souvent cerné comme un écrivain voyageur, l’autre a arpenté des kilomètres et des kilomètres de pistes et de forêts, en Asie centrale, en Russie ou dans l’Hexagone.

Père et fils, Philippe et Sylvain Tesson partageront tous deux la pause de midi avec le public, demain au théâtre du Passage, à Neuchâtel. Il y sera question de transmission littéraire, mais, au bout du fil, Philippe Tesson rectifie d’emblée: «Je pense que cela ennuierait ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois