Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Fleuriste, pour combiner nature et contact avec les gens

Chaque jour, nous partons à la rencontre d’un(e) apprenti(e) qui participe à Capa’cité. Depuis trois ans, Savina Marquis apprend à combiner les fleurs. Et à se frotter à la clientèle.

11 sept. 2018, 14:12
Savina Marquis, apprentie fleuriste de troisième année.

« Depuis toute petite, je voulais faire un travail en lien avec la nature », explique Savina Marquis. Aujourd’hui, elle est en troisième année d’apprentissage de fleuriste à Saint-Imier. Un travail qui la comble. « C’est très créatif. Très vaste, surtout. On fait des décorations pour toutes sortes d’événements : des mariages, des décès, des décors de théâtre. Du coup, il faut toujours avoir de l’imagination ».

Outre l’aspect créatif, la profession se double du contact avec les gens. Ce qui n’est pas toujours un avantage. « Au début, la vente me faisait peur. Je craignais beaucoup le contact avec les clients », s’amuse Savina Marquis. Aujourd’hui, son emploi lui a donné de l’assurance et c’est avec volubilité et aisance qu’elle parle de son travail sur le stand des fleuristes à Capa’cité. « La partie contact avec la clientèle est très important. Il faut vraiment écouter les gens pour les conseiller. J’aime beaucoup ça, finalement ».
Dans quelques mois, la jeune femme obtiendra son CFC. Et ensuite ? « Certains ouvrent leur magasin directement après l’apprentissage. Je pense que c’est trop tôt. Moi, j’ai envie d’acquérir de l’expérience, voir ailleurs, peut-être apprendre les langues. Et après, on verra ! » /AMO
 

Votre publicité ici avec IMPACT_medias