Développées à Neuchâtel, les cigarettes du futur sont sur le marché

Les premiers produits de nouvelle génération développés par Philip Morris dans son centre de recherche et développement de Neuchâtel arrivent sur le marché. Ils s'appellent iQOS et chauffent le tabac sans le brûler.

10 avr. 2015, 17:00
Le Cube de Philip Morris emploie plus de 400 scientifiques à Neuchâtel.

iQOS n'est pas une cigarette électronique, puisque ce dispositif contient du tabac.Mais le fait de chauffer le tabac, et non de le brûler, pourrait être bien moins nocif que la cigarette traditionnelle. Philip Morris espère le prouver scientifiquement prochainement.

Le géant américain a commercialisé son nouveau produit dans deux villes, Nagoya au Japon et Milan en Italie, avant une vente, cette année encore, à plus large échelle. iQOS est composé d'un chargeur, d'un appareil rechargeable et de "sticks" de tabac. Pratiquement tout ce qui touche à ce nouveau système a été développé à Neuchâtel, du design au prototypage en passant par l'évaluation scientifique et le processus de fabrication.

Deux milliards de francs

Depuis 2008, le groupe a investi deux milliards de francs dans le développement de nouveaux produits qui pourraient, à terme, remplacer la cigarette classique. A Neuchâtel, plus de 400 scientifiques s'activent dans le Cube, que nous pu visiter. A découvrir dans "L'Express" et "L'Impartial" de demain.