Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Deux millions de francs dans l'eau de la piscine

Le Conseil général du Landeron a accepté jeudi d'emprunter 1,93 million de francs pour la piscine. Mais il reparlera prochainement de son rôle régional. A vant de se jeter dans l'eau de leur piscine communale, les groupes libéral et radical du Conseil général du Landeron y ont d'abord prudemment, jeudi soir, trempé un ou deux orteils. Quand même! Il s'agissait de contracter des emprunts dont le montant total, en chiffres nominaux, dépassait légèrement le prix qu'avait coûté la construction de la piscine, en 1971.

24 févr. 2008, 12:00

Finalement, après avoir failli se noyer dans des questions de tarifs d'entrée et d'abonnement sans rapport direct avec la demande qui leur était soumise, les élus ont accepté un emprunt de 250 000 francs destiné au remplacement du liner par 32 voix sans opposition. Ils ont également accepté un emprunt de 1,71 million, qui permettra d'assainir et moderniser l'ensemble des installations de la piscine.

Le premier de ces deux emprunts a suscité une adhésion immédiate et générale, y compris pour le soustraire, grâce à la clause d'urgence, à un éventuel référendum. Il est vrai que le liner actuel laisse fuir tellement d'eau que, selon le Conseil communal, la piscine ne pourrait simplement pas commencer sa saison 2008 sans un liner neuf. Approuvé sans autre par les socialistes et le Canette, le second emprunt a laissé quelque peu songeurs les libéraux et les radicaux: «Certes, nos finances vont mieux», a relevé Myriam Rais-Liechti (lib). «Mais faut-il vraiment investir tout de suite une somme pareille?»

Faute de vraiment pouvoir dire non, les libéraux ont fait un plongeon en apnée dans un point suivant de l'ordre du jour pour demander, par voie de motion, que les charges et les investissements de la piscine du Landeron puissent être reconnus comme projet phare au sens du contrat région de l'Entre-deux-Lacs. Le Conseil général débattra de cette motion lors d'une prochaine séance.

Celle de jeudi a également permis au Conseil général d'accepter un crédit de 25 000 francs pour remplacer les compteurs d'eau et d'énergie, d'adapter le règlement organique à deux changements de la législation cantonale et d'entendre les explications du conseiller communal Dominique Turberg au sujet du contrat de région Entre-deux-Lacs. / JMP

Votre publicité ici avec IMPACT_medias