Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Des lycéens créent leur (vraie) mini-entreprise à Neuchâtel

"Ur'Bag", comme "Urban Bags" et "Snaej", comme "jeans" à l'envers: ce sont les noms des deux mini-entreprises créées par des élèves du lycée Jean-Piaget, à Neuchâtel, dans le cadre du projet "Young Entreprise Switzerland" (YES). Leurs jeunes fondateurs ont imaginé des sacs originaux, l'un personnalisable, l'autre transformable en couverture étanche. Et ils les vendent pour de vrai!

27 oct. 2015, 23:18
/ Màj. le 28 oct. 2015 à 08:30
Les sacs malins conçus par les petites entreprises du lycée Jean-Piaget, à Neuchâtel.

C'est la deuxième fois que le lycée Jean-Piaget participe au projet international YES, lancé en Suisse en 2006. Cette année, deux équipes de six élèves sont en lice. Qui, en même temps qu'ils réalisent, en créant leur petite entreprise, leur travail de maturité, participent à un concours qui pourrait les emmener jusqu'à la finale suisse, voire à une participation européenne.

On n'en est pas là: mardi soir, une centaine d'invités, dont la conseillère d'Etat et cheffe de l'Education Monika Maire-Hefti, étaient réunis à Neuchâtel pour le lancement officiel du projet. Ils ont pu découvrir les prototypes des produits conçus par les étudiants et devenir actionnaires de chaque entreprise. Et ces prochains mois, les fondateurs de Ur'Bag et de Snaej vont devoir "mettre en pratique leurs acquis scolaires et prendre de véritables responsabilités dans un projet innovant", indique Raphaël Perotti, enseignant et chef du projet.

Des sacs malins

Les deux sociétés ont à leur tête des CEO hyper-motivés: Mélanie Oliveira et Oleg Krivenkov, en 2e année de filière économie et droit, sont jusqu'ici enchantés de leur expérience. Avec leur équipe, ils ont développé un vrai produit en à peine deux mois. Pour Ur'Bag, il s'agit d'un sac à dos en coton où il est possible d'inscrire un message personnel - grâce notamment au soutien d'Heidi.com - et pour Snaej d'une petite sacoche en jean qui peut se transformer en minicouverture étanche - par exemple pour s'asseoir par terre lors d'un festival.

Achetez-les!

Les deux groupes ont créé de surcroît des entreprises responsables: une partie du bénéfice de la vente des sacs à dos va à l'association Rêves Suisse, alors que la sacoche a été réalisée en matériau de récupération et est fabriquée par un atelier des Perce-Neige. Pour ceux qui chercheraient un cadeau de Noël original, leurs produits seront bientôt en vente. Les deux entreprises peuvent être contactées via leur page Facebook, facile à trouver. Et comme les mini-entreprises de YES ne vivent, sauf exception, qu'une année, ces sacs seront peut-être des collectors!

A Saint-Imier aussi

Le projet YES, qui réunit 182 mini-entreprises en Suisse, a aussi séduit le Ceff de Saint-Imier: trois équipes participent également à l'édition 2015. Le lancement officiel n'a cependant pas encore eu lieu.

 

Votre publicité ici avec IMPACT_medias