La grève en France touche la raffinerie de Petroplus à Cressier

La grève des terminaux pétroliers de Fos-sur-Mer a des répercussions en Suisse. La raffinerie du groupe zougois Petroplus ne reçoit plus de pétrole brut du Sud de la France. Elle a pu faire appel à des réserves pour continuer à fonctionner, mais sa production est réduite.

15 oct. 2010, 16:10

L'oléoduc qui relie la raffinerie de Cressier au terminal de Fos-sur-mer (près de Marseille) ne transporte plus de pétrole brut «depuis le début de la grève», a indiqué Fredrik Olsson, porte-parole de Petroplus. La grève entre dans son 19e jour.

L'activité de la raffinerie de Petroplus demeure assurée par ses propres réserves de brut. Elle a également fait appel aux stocks obligatoires que le gouvernement français a constitués en cas de crise.

La production se poursuit, mais à un rythme réduit. Fredrik Olsson n'a pas voulu indiquer l'ampleur de cette diminution. Philippe Cordonier, porte-parole de l'Union pétrolière, exclut que cette baisse de production entraîne une hausse des prix.

Si la grève devait se prolonger et la raffinerie stopper sa  production, l'approvisionnement de la Suisse ne serait pas menacé, car «il est diversifié», explique Philippe Cordonier. «Si l'un des points d'entrée fait défaut, d'autres canaux peuvent pallier la situation».

Une éventuelle fermeture de la raffinerie de Cressier n'aurait que peu de conséquences pour le consommateur suisse, selon l'Union pétrolière. Les installations de Collombey et Cressier ne transforment que 40% des produits raffinés disponibles en Suisse. Le reste est importé, a précisé Philippe Cordonier. /ats