Comme un vent d'Amérique

29 janv. 2010, 10:19

Si l'entreprise Framework SA existe depuis 1990, c'est en fin d'année 2009 qu'elle a pris ses quartiers à La Neuveville. Aujourd'hui, Framework jouit d'une jolie vue sur le lac puisqu'elle s'est installée dans les anciens locaux de la fameuse fabrique de frites Frifri.

Importateur exclusif, en Suisse, des marques de jeans, vêtements et accessoires Lee et Wrangler, Framework était, jusqu'ici, établie à Marin. «Pour nous, le lieu n'est pas déterminant, il n'est pas nécessaire d'être dans une grande ville. Nous avons des collaborateurs fidèles et déménager signifierait que la majorité ne pourrait pas suivre», indique Alexander R. E. Faesch, directeur de Framework SA.

La taxation d'impôts plus intéressante dans le canton de Berne n'a pas non plus eu d'influence sur leur décision. Selon le directeur, il y a des avantages et des désavantages partout. Travailler dans un lieu moderne et accueillant a, par contre, eu toute son importance.

Lorsque le directeur apprend que Frifri déménage, il y voit l'occasion d'évoluer dans un lieu plus grand et plus contemporain. A l'intérieur du bâtiment, il a d'ailleurs gardé des vestiges du passé comme les murs couleur rouge et une grande hotte de ventilation au-dessus d'une table de séance, le tout dans un style épuré, souligné d'œuvres et de toiles contemporaines.

Les locaux arrière ont une capacité de stockage de 50 000 pièces et en devanture se trouve un show room pour la clientèle professionnelle. Toutefois, le lieu n'est pas du tout destiné à recevoir les particuliers puisque Framework ne vend pas directement de vêtements. Pour le directeur, ce serait faire concurrence aux détaillants. «Avoir un stock en Suisse nous permet de garantir une livraison en 24h et c'est très apprécié. Même si nous évoluons dans un domaine qui représente la décontraction et la liberté, pour le service nous sommes très Suisses», s'exclame le directeur en riant.

Pour le marché européen, la fabrication des Lee et Wrangler se fait essentiellement à Malte et en Pologne. Car tant la physionomie que les besoins sont différents entre chaque continent. Une différence qu'Alexander R. E. Faesch retrouve au sein de la Suisse: «Nos trois cultures, alémanique, romande et italienne, ne commandent pas du tout les mêmes produits. C'est une question de perception et étonnamment, ce sont les Alémaniques les plus «fashion»! En Suisse romande et en France les goûts sont plus classiques, un peu comme si les gens se contentaient de ce qu'ils connaissent», souligne ce Bâlois d'origine. /mlp

Comme un vent d'Amérique