Colonie Cité-Joie: l'investisseur singapourien de Nendaz devra patienter

Réuni en séance plénière lundi soir, le Législatif neuchâtelois ne s'est pas prononcé sur la vente de la colonie Cité-Joie de Haute-Nendaz à l'homme d'affaires singapourien Chew Hua Seng. Il a préféré créer une commission ad hoc qui se penchera sur le sujet.
13 janv. 2015, 08:00
La Cité-Joie à Haute-Nendaz appartient toujours officiellement à la Ville de Neuchâtel.

Le Conseil général de la Ville de Neuchâtel s'est penché lundi soir sur la vente de la colonie Cité-Joie de Haute-Nendaz à l'investisseur singapourien Chew Hua Seng. Il a décidé par 28 voix contre 6 et 2 abstentions de renvoyer le rapport devant une commission ad hoc spécialement créée pour l'occasion. Elle aura comme rôle d'aborder toutes les installations sportives de la Ville.

Divisés

Les conseillers généraux ont été divisés entre les arguments du Conseil communal disant que "ce complexe ne revêt plus un caractère stratégique dans le cadre de la politique des sports de la Ville" et ceux émanant des différents groupes politiques et ne voulant pas céder cette colonie, lieu historique de camps de ski pour de nombreux habitants de la ville (qui avait acquis ce complexe en 1973).