Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Cadre de la Saiod en détention préventive

25 sept. 2007, 12:00

Le chef de la voirie de la Ville de Neuchâtel, arrêté mercredi dernier et soupçonné de corruption passive et de gestion déloyale des intérêts publics, n'est pas seul derrière les verrous. Un cadre de la Saiod, l'usine d'incinération des déchets de Cottendart à Colombier, a également été placé en détention préventive dans le cadre de cette affaire de détournement de «plusieurs centaines de milliers de francs».

«Une deuxième personne est effectivement détenue», a confirmé hier le juge d'instruction Renaud Weber. Il a rappelé qu'en raison des nombreux contacts que la voirie de Neuchâtel entretient avec des fournisseurs ou des sous-traitants, «nous devrons nous intéresser à beaucoup de monde. Ce qui prendra un certain temps...»

Selon le juge d'instruction, les faits incriminés durent «depuis 2004 au moins». Le Conseil communal de Neuchâtel, qui a dénoncé le chef de la voirie vendredi 14 septembre, a par ailleurs pris la décision de le licencier, sans attendre le dénouement de l'affaire.

«A la police, on m'a dit qu'il perdrait son travail quoi qu'il advienne», témoigne un proche du voyer chef. «Des gens sont d'ores et déjà venus chercher sa voiture de service.»

Pourquoi ce licenciement, qui ne tient pas compte du principe de la présomption d'innocence? Et si le voyer-chef était blanchi, comme ça a été le cas dans l'affaire du buraliste postal de Corcelles que La Poste n'a pas licencié au nom de la présomption d'innocence, que ferait la Ville?

Hier à l'heure où nous mettions sous presse, le conseiller communal Pascal Sandoz, directeur des Travaux publics, n'avait pas trouvé le temps de répondre à ces questions. /vgi

Votre publicité ici avec IMPACT_medias