Brèches de la zone piétonne bientôt refermées

02 août 2015, 18:47

Le bruit assourdissant des marteaux-piqueurs cessera, au centre-ville de Neuchâtel, «impérativement avant la Fête des vendanges», affirme Charles-Frédéric Gnaegi, directeur technique-adjoint chez Viteos. Garnies de tranchées depuis l'arrivée du printemps, les rues du Seyon et des Moulins, ainsi que la Grand-Rue et la partie à l'extrême ouest de la rue de l'Hôpital retrouveront donc bientôt leur aspect initial et, surtout, les tympans et les nerfs des riverains s'en trouveront apaisés.

«En raison de la météo et de quelques imprévus, nous avons pris un léger retard que nous sommes parvenus à combler», rassure Charles-Frédéric Gnaegi. Si ce dernier constate que les acteurs du centre-ville font généralement preuve de compréhension, «certains se plaignent tout de même, disant que nous creusons tout le temps».

Et l'homme de nuancer: «Il n'y a pas de miracle! Si l'on veut continuer à avoir de l'eau, de l'électricité et du gaz sans trop de coupures, nous devons changer câbles et conduites tous les 40 ans environ. Donc, en moyenne, chaque personne connaîtra ça une fois dans sa vie.»

Le challenge de cet assainissement du sous-sol du centre-ville réside dans le fait de changer des tuyaux tout en assurant aux riverains un apport en eau et en électricité. Raison pour laquelle Viteos et les Travaux publics de la Ville de Neuchâtel procèdent par étapes.

Celle de cette année est la quatrième et deux autres suivront encore. L'an prochain, ce sont les rues de l'Hôpital, du Temple-Neuf, des Fausses-Brayes, des Chavannes, du Concert et du Neubourg qui verront leurs sols creusés. Puis, en 2011, ce sera au tour du secteur de l'Hôtel de ville et du faubourg de l'Hôpital d'être éventrés.

Le Service des infrastructures et énergies de la Ville s'est engagé, pour sa part, à remettre à neuf le surfaçage. Outre le revêtement noir et les pavés classiques, la zone piétonne comporte des dalles en roc. Bien qu'elles constituent «la vitrine» du centre-ville, comme le dit l'ingénieur communal Antoine Benacloche, elles présentent néanmoins quelques inconvénients.

Polies, au fil des ans, par les pas des passants, ces dalles se révèlent fort glissantes lorsqu'il pleut, pire encore lorsque de la neige mouillée les recouvre. «Nous allons donc les rendre plus abrasives en bouchardant (réd: en piquetant de petits trous) celles qui ne sont pas cassées et en remplaçant les autres par des éléments ayant déjà subi un tel traitement.» Et Antoine Benacloche de conclure: «Il s'agit d'une usure normale. Ces dalles on été posées lors de la réalisation de la zone piétonne, inaugurée en mai 1979.» /flv

Brèches de la zone piétonne bientôt refermées