Votre publicité ici avec IMPACT_medias

La plongée avait viré au drame

13 juin 2008, 12:00

Le Tribunal de police de Boudry examinait hier matin une affaire peu banale. Deux plongeurs comparaissaient pour homicide par négligence.

En date du 16 avril 2005, Samuel* et Grégoire* font de la plongée au large de la plage de Boudry, à 17 mètres de profondeur, sous la direction de Fabien*, instructeur de plongée. Les trois hommes sont expérimentés. Samuel compte notamment plus de 500 plongées à son actif.

A 19h25, pour une raison encore indéterminée, Grégoire remonte soudain à la surface. Inquiets, ses deux partenaires le suivent. Mais là, rien. Pas traces de Grégoire. Samuel et Fabien redescendent, effectuent des recherches. Ce laps de temps, les deux hommes ne parviennent pas à l'évaluer. Mais soudain, par 2m50 de fond, ils découvrent leur compagnon «largement inconscient», selon les propres termes du juge. Fabien lui porte assistance, lui met son embout dans la bouche et le remonte. Sur la berge, il lui procure les premiers soins, tandis que Samuel appelle les secours. Mais le massage cardiaque restera sans effet.

Dans cette sortie qui a tourné au drame, des éléments restent encore obscurs. L'heure et les causes du décès demeurent notamment incertaines. Sa remontée d'urgence a-t-elle été fatale à Grégoire? Le rapport de l'institut médico-légal donne diverses causes possibles à son décès. Ses deux compagnons sont-ils remontés suffisamment vite pour lui venir en aide? Les informations provenant des ordinateurs des plongeurs sont mises en question par les prévenus. Ils reprochent aux enquêteurs d'avoir trop attendu avant d'extraire ces informations.

Pour y voir plus clair dans cette affaire, le juge a préféré s'accorder plus de temps. Ce qui permettra d'auditionner des spécialistes. L'affaire devrait être jugée avant l'automne.

En ce qui concerne les prévenus, cette «plongée récréative» a laissé des traces. Samuel a depuis renoncé à exercer sa fonction de directeur au sein d'une entreprise biennoise. «Je n'arrivais plus à me concentrer et je n'étais plus en mesure de prendre des décisions.» / cbx

*Prénoms d?emprunt
Votre publicité ici avec IMPACT_medias