Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Facture salée pour fausses alertes

Dès le 1er juillet, la Police neuchâteloise facturera minimum 500 francs ses interventions inutiles. Entreprises et privés concernés. Un député s'interroge.

24 juin 2014, 00:01
data_art_8175004.jpg

La Police neuchâteloise en a marre de se déplacer parce que le passage d'un chat ou un court-circuit a enclenché une alarme. Dans un nouvel arrêté du Conseil d'Etat, mis en application le 1er juillet, toute intervention sur une fausse alarme sera désormais facturée au moins 500 francs, contre 200 francs auparavant. Et, surtout, les entreprises dites à risque, notamment les sociétés horlogères, auront l'obligation d'être reliées à un centre collecteur d'alarmes privé. Qui devra s'assurer que l'alerte est bien réelle avant d'envoyer la police sur place.

Pour les ménages comme pour les entreprises

"Chaque année, nous intervenons dans le canton pour plus de 400 fausses alarmes" , relève Stéphane Audétat, responsable des entreprises de sécurité à la Police neuchâteloise. "Cela représente un policier à plein temps 24 heures sur 24. Ce n'est pourtant pas notre rôle: nous avons une mission de sécurité publique à remplir, et non de sécurité...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias