Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Entreprise cambriolée après une série de villas

Une villa et une entreprise horlogère cambriolées la semaine dernière aux Brenets. Ces délits font suite à quelques vagues de cambriolages qui ont surtout touché des villas, depuis le début de l'année. La semaine dernière, des malandrins ont volé la voiture 4x4 d'un habitant des Brenets et s'en sont servis pour aller cambrioler une entreprise horlogère du lieu. Ils ont pris le coffre-fort et se sont évanouis dans la nature. L'entreprise ne désire pas faire de commentaires. Le commissaire Pierre-Louis Rochaix, de la cellule médias de la police cantonale, dément les bruits qui courent. Il s'agit bien d'un cambriolage commis à plusieurs. Mais si certains avaient le visage dissimulé, ils n'étaient pas armés. «Nous n'avons pas affaire à du très grand banditisme.» Toujours est-il que ce cambriolage fait suite à plusieurs vagues de méfaits: en tout début d'année, trois villas et un atelier cambriolés; à mi-février, deux villas cambriolées, et en avril, une villa et une entreprise... Sans parler d'autres menées, comme, à mi-février, cet homme venu de l'autre côté de la frontière, qui écumait tranquillement les habitations, en plein jour, prétendant, lorsqu'il était surpris, qu'il était en quête d'un appartement!

28 avr. 2007, 12:00

Le Brenassier Serge Desclève et son épouse étaient absents la nuit du 31 décembre. Au matin du 1er janvier, ils ont trouvé une fenêtre, une porte de fer et la porte principale forcées au pied de biche et, à l'intérieur, un beau désordre, mais pas grand-chose de volé. Le matériel informatique, appareil photo numérique, portables, horloges, n'ont pas été touchés. «Je pense qu'ils cherchaient des bijoux et des espèces... Mais maintenant, nous avons pris des dispositions», des grilles, des spots de 150 watts, des alarmes, «mais si on veut bien s'équiper, cela coûte très cher». Même mésaventure, la même nuit, dans la maison de Caroline Claude et son mari, qui étaient à l'étranger et sont revenus le 2 janvier. Les malandrins ont forcé une baie vitrée, mais n'ont rien pris non plus du matériel informatique qui était pourtant à portée de main. «Nous allons installer une petite alarme et des minuteries», explique la jeune femme qui s'étonne quand même: «Cela fait des années que ça dure et il n'y a pas plus de rondes de police. Peut-être que s'il y en avait davantage, cela se dirait dans ces milieux, qu'on commence à contrôler, aux Brenets!»

«Le phénomène est là, transfrontalier», explique Pierre-Louis Rochaix, «mais il n'est pas très différent des passages qu'on a sur le bas du canton». Partout où il y a des quartiers de villas, «on constate la même chose, à Bevaix, Colombier, Boudry, Auvernier...» Il comprend bien que cela préoccupe des Brenassiers. Mais «le sentiment d'insécurité augmente et pourtant il y a une diminution des délits, des vols en tout cas» (voir les statistiques cantonales sur le site www.ne.ch/police). Mais manque-t-on d'une présence policière aux Brenets? Pierre-Louis Rochaix souligne qu'outre le poste de gendarmerie des Brenets et les patrouilles de police-secours au Locle, «les patrouilles mobiles des gardes-frontière sont très présentes». / CLD

Votre publicité ici avec IMPACT_medias