Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Ensemble contre le feu

Depuis le 1er janvier, les trois communes disposent d'un seul et même corps de sapeurs-pompiers Les conseils communaux ont signé la convention le 15 décembre, et elle est entrée en vigueur deux semaines plus tard: depuis le 1er janvier, Boudry, Bevaix et Cortaillod - engagés par ailleurs dans une démarche de fusion politique - disposent d'un service du feu commun. Un processus institutionnel vient de s'achever. Sur le terrain, beaucoup reste encore à faire.

13 févr. 2006, 12:00

«Pour les officiers, le nombre d'heures consacrées à leur activité de sapeurs-pompiers va sensiblement augmenter cette année», annonce Boris Baudat, commandant du nouveau corps intercommunal. Le Boudrysan donne un exemple tout simple: «Chacun de nous doit maintenant connaître à fond la géographie des deux autres communes, les rues, les lieux-dits, l'emplacement des bornes à incendie, etc.»

Boris Baudat se veut pourtant rassurant: si le nouveau corps n'a pas encore pris son organisation définitive, il est toujours opérationnel; il fonctionne sur la base de l'organisation antérieure, qui impliquait déjà, «depuis des années, une part de travail intercommunal. On n'est plus dans les années 1980, quand la ligne de conduite était: ?Touche pas à mon feu!?»

Un peu plus de la moitié

Car l'état d'esprit a évolué. «L'impulsion initiale pour créer un corps intercommunal est venue des pompiers eux-mêmes», rappelle Denis Keller, directeur de la Sécurité publique de la Ville de Boudry et président de la commission intercommunale du service du feu, responsable, notamment de la nomination du commandant et des officiers du corps. Une impulsion due à un constat qui n'est pas particulier à Boudry, Bevaix et Cortaillod: la baisse des effectifs. «A Boudry, nous étions 95 sapeurs-pompiers en 1995. Aujourd'hui, nous sommes 43, indique Boris Baudat. Mais ceux qui sont restés ou qui viennent chez nous sont très motivés.»

A eux seuls, les Boudrysans forment un peu plus de la moitié du corps intercommunal, qui, outre son commandant, compte treize officiers d'état-major et 65 sapeurs-pompiers.

Le nouveau corps continue d'opérer à partir des casernes des anciens corps communaux. Mais ses responsables y ont déjà fait l'inventaire de leur matériel. «Tout a été bien entretenu, mais plusieurs éléments auraient dû être déjà changés. A mesure que nous remplacerons du matériel arrivé en bout de course, nous irons vers une plus grande standardisation à l'intérieur du nouveau corps», indique le commandant.

La création de ce service du feu intercommunal ne remet pas en cause l'existence du centre de secours du Littoral ouest, basé à Cortaillod. Alarmé en même temps que les hommes du capitaine Baudat, c'est lui qui apporte le matériel lourd en cas de sinistre. Mais lui couvre le territoire de quinze communes. / JMP

Votre publicité ici avec IMPACT_medias