Appel à la prudence sur la bretelle autoroutière de la Maladière

Après plusieurs accidents dus aux travaux dans les tunnels sous Neuchâtel, la police appelle à la prudence. Une séance de débriefing prévue par l'Office fédéral des routes.

13 avr. 2018, 16:29
Plusieurs accidents ont eu lieu à l'entrée des travaux.

La vidéo est éloquente. Les caméras de surveillance du trafic ont capté plusieurs accidents au niveau de la bretelle d’autoroute de la Maladière, à Neuchâtel, où débutent les travaux de réfection des tunnels, direction Bienne.

Posté sur le page Facebook de la police neuchâteloise, le film avait déjà été visionné par plus de 60'000 internautes hier en début d’après-midi.

«Nous recherchons ce buzz pour faire de la prévention», note le porte-parole de la police, Pierre-Louis Rochaix. «Les gens râlent sur le 60 km/h, mais on se rend bien compte que cette limitation est nécessaire avec ces vidéos. On veut que les gens ralentissent dans les zones de travaux. A 60 km/h, on a le temps de réfléchir et de s’adapter.»

Malgré cette limitation, la police est déjà intervenue cinq fois à cet endroit, à la suite d’accrochages. La majorité implique des conducteurs voulant prendre la voie de dépassement «à la der», redoutant peut-être une inexistante sortie forcée – la voie de droite n’étant pas tout de suite visible à cause du virage.

Une séance de débriefing

Ces manœuvres provoquent des ralentissements, puis des accrochages, dus à la vitesse et aux distances insuffisantes entre véhicules, explique Pierre-Louis Rochaix.

A l’Office fédéral des routes, une séance de débriefing est agendée à la suite de ces accidents, informe le porte-parole Olivier Floc’hic. Les responsables du chantier évalueront d’éventuels changements pour rendre la situation moins accidentogène.

Toutefois, «toute la signalisation et le marquage sont aujourd’hui en place», précise le fonctionnaire fédéral. Trois panneaux assortis de signaux lumineux annoncent la division des voies durant le kilomètre précédent les travaux. La déviation en direction de Monruz y est également annoncée, puisque la sortie qui suit celle de la Maladière est fermée.

«Il faut s’habituer à cette situation exceptionnelle, surtout qu’il y a cette configuration difficile. Et ne pas aller trop vite lorsqu’on n’est pas sûr», conseille Olivier Floc’hic. «Et si on ne sait pas, on reste à droite, où on ne risque rien», conclut Pierre-Louis Rochaix