Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Aléas de la météo et bonnes surprises pour le pont des Iles

01 août 2008, 12:00

Pont des Iles ou En-bas-le-Port? L'appellation change selon qu'on lit le communiqué du Service cantonal des ponts et chaussées (SPC) ou, sur place, les panneaux bleus donnant le nom de la rue. Mais qu'importe: l'assainissement du pont par lequel on peut passer du centre de Cressier à la réserve de la Vieille-Thielle par-dessus l'A5 a été quelque peu perturbé par «les mauvaises conditions météorologiques de début juillet», annonce le SPC. Il faudra attendre encore un peu avant que l'ouvrage soit rouvert au trafic. En revanche, les piétons peuvent toujours y accéder.

S'agit-il vraiment d'une «prolongation de fermeture», comme le dit le SPC? Les Ponts et chaussées eux-mêmes rappellent que les travaux avaient entraîné la fermeture du pont dès le 26 mai, «pour une période de deux à trois mois», soit, si l'on compte bien jusqu'à fin août.

«Pour l'instant, nous sommes donc dans la cible», constate l'ingénieur Jean-François Silagy, du bureau GVH, à Saint-Blaiee, qui pilote ce chantier. «Mais il est vrai que les travaux d'étanchéité doivent absolument être réalisés au sec, et que nous n'avons pas, toujours, de ce point de vue, travaillé dans des conditions idéales.»

L'ingénieur ne veut donc pas avancer aujourd'hui une date précise de réouverture. Certes, la dernière couche d'asphalte a été posée hier. «Mais après viendra tout un travail manuel, tel que la pose de joints et de raccords, qui demande aussi d'être fait au sec.» Du coup, Jean-François Silagy estime «pas trop déraisonnable» d'espérer qu'on pourra circuler sur le pont aux environs de la mi-août.

Si le ciel l'a parfois contrarié, ce chantier a aussi offert quelques bonnes surprises. «Nous avons pu renoncer à certains travaux, si bien que la facture devrait se tenir en dessous du devis de 1,8 million de francs.»

L'assainissement du pont des Iles s'inscrit dans la vaste opération de réfection de l'A5 menée ces dernières années entre Cornaux et La Neuveville. «Il ne nous restera plus qu'à réparer le pont des Sauges», indique Patrice Blanc, responsable de la signalisation routière au SPC. Cet ouvrage situé au Landeron avait subi un coup de chaleur le 30 juillet 2007, du fait de l'incendie de deux véhicules de chantier stationnés juste en dessous. «Il avait alors dèjà eu droit à sa réfection. Il faudra donc y revenir.»

Selon Patrice Blanc, le SPC attend le feu vert de l'Office fédéral des routes. L'enquête sur les responsabilités de l'incendie n'est en effet pas encore terminée, et la Confédération ou l'Etat devra donc avancer l'argent nécessaire avant d'éventuellement se retourner contre un assureur. /jmp

Votre publicité ici avec IMPACT_medias