24 heures de fête "non-stop" à Neuchâtel

Les fêtards neuchâtelois pourront s'en donner à coeur joie du 26 au 27 mai à l'occasion de La Neuchâteloise. L'événement réunira 18 établissements pour 24 heures de musique "non-stop". Découvrez les circuits détaillés.

25 avr. 2018, 06:30
Dix-huit établissements joueront le jeu.

Dix-huit bistrots et clubs de la ville de Neuchâtel ont décidé de se réunir pour 24 heures de musique "non-stop". Pour la première fois, des établissements publics se passeront le flambeau pour que les fêtards puissent faire deux tours complets du cadran. La Neuchâteloise, c’est trois circuits organisés pour une montée en puissance: before, clubbing et after.

Le programme détaillé:

1 point 60 (Stéphanie Foltran).

 

Le premier, «before», commence samedi à 12h et coïncide avec le premier jour de la Quinzaine neuchâteloise. Le parcours gratuit commence à la fontaine de la Justice par un stand animé par le Cerf et un premier concert folk-rock de Faye McAdami. Puis, le reste du programme s’étend encore à douze autres lieux jusqu’à 2h. De nombreux DJ sets, mais aussi un concert pour enfants à L’Univers sont prévus au fil de la journée.

«Nous voulons encourager les gens à se mélanger, à faire le tour des bistrots et des clubs pour qu’ils voient ce qui se fait ailleurs», avance Thomas Menant, qui représente le Downtown K, le Bar King et le King du lac.

Sept selfies dans sept lieux

Pour motiver les fêtards à partir à la découverte, les organisateurs ont eu l’idée de mettre en place un concours, qui leur permettra de gagner un bracelet pour le circuit «clubbing». Pour l’obtenir, il faudra présenter sept selfies pris dans sept lieux différents. Sinon, le prix du «pass» a été fixé à 10 francs pour accéder à six lieux. Dès minuit, les trois salles de la Case à chocs, le Downtown K, le 7 et le Republiq prendront le relais. En vrac, ils accueilleront des artistes comme Elisa Do Brasil, Flexfab, PsychoWeazel et Ghetto Po & Shoko.

Enfin, pour ceux qui tiennent le coup jusqu’à 6h et la fermeture des boîtes neuchâteloises, ils pourront s’offrir un dernier tour de piste avec «l’after». Dès l’aube, ils pourront récupérer à l’aide d’un petit café-croissant ou y aller franchement en choisissant l’option brunch.

Un des objectifs de l’événement: montrer que Neuchâtel n’est pas une ville morte. «La vie nocturne est en plein développement, cet événement peut être un vrai catalyseur», se réjouit Xavière Sennac, programmatrice de la Case à chocs.

La carte de la Neuchâteloise: