Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Les tarifs de Xamax consternent les parents

Dix francs pour qu'un marmot puisse soutenir Xamax, ça le fait! Mais 25 ou 35 balles pour le même billet acheté le jour du match... la pilule est amère. La réflexion vaut aussi pour les étudiants, rentiers AVS et AI et supporters des visiteurs. «Je vous demande juste du fair-play envers les enfants et les familles.» Cette phrase met un point final à la relation affective qu'entretenait ce supporter avec l'équipe de Neuchâtel Xamax. Echaudée par la politique tarifaire mise en place par les dirigeants du club, cette personne assure que «des décisions spontanées ne seront plus en faveur du stade de la Maladière...» Pourquoi? Parce qu'elle a eu la mauvaise idée d'acheter son billet et ceux de ses jumeaux de 7 ans le jour même du match dans un centre commercial. L'imprudent a dû débourser 105 francs (3 billets à 35 francs), au lieu de 55 francs (1 x 35 et 2 x 10) s'il avait fait cet achat jusqu'à la veille du match.

08 sept. 2007, 12:00

Depuis le 16 août, Neuchâtel Xamax fait ainsi payer plein pot les enfants, étudiants, apprentis et rentiers. Le club appelle cela une suspension des faveurs - la mesure ne touche pas au tarif normal demandé aux adultes. Dans le porte-monnaie des parents, cela se traduit par une hausse de prix carabinée, s'ils n'ont pas pris la précaution de passer par la prévente. C'est précisément ce que désire par-dessus tout le club: ne plus avoir de queues devant les caisses le jour du match. «Eviter de devoir servir 4000 personnes en une demi-heure améliore le confort des spectateurs», livre comme premier argument le directeur administratif de Xamax. Cela n'explique pas pourquoi le club s'en prend aux tarifs des moins fortunés. «Vous n'avez pas idée des problèmes à régler dans le stade», poursuit Philippe Salvi, en évoquant la gestion des buvettes, le nombre de stadiers et d'extras à convoquer. «En fonction du nombre de spectateurs on peut renoncer à ouvrir un secteur, éviter des contrôles et des frais de nettoyage, par exemple», conclut le directeur. On a enfin compris pourquoi les gens doivent acheter leur billet à l'avance. Simplement pour contenir les frais de fonctionnement de la Maladière. Mais fallait-il pour cela s'en prendre au tarif des jeunes et rentiers? / STE

Votre publicité ici avec IMPACT_medias