Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Les paradoxes de la démocratie

Les urnes ont rendu leur verdict, qui ressemble pour Israël, sonné, à un coup de poing. La victoire électorale du Hamas, incontestable, pourrait, il est vrai, faire craindre le pire. Car ce mouvement radical palestinien a commis de nombreux attentats en Israël. Et le gouvernement israélien a jusqu'ici exclu toute discussion avec lui, tout comme les Etats-Unis qui l'ont classé dans la liste des organisations terroristes. Quant au Hamas, il a répété à maintes reprises qu'il n'avait pas renoncé à son objectif de destruction de l'Etat d'Israël.

27 janv. 2006, 12:00

Mais les réalités complexes de la politique proche-orientale pourraient bien modifier ces deux approches unilatérales. On constatera d'abord que la victoire du Hamas est surtout née de la décomposition de son rival modéré, le Fatah, miné par ses échecs, la corruption et le népotisme. D'autre part, Israël, en assassinant plusieurs dizaines de dirigeants du Hamas au cours des dernières années - dont son fondateur, cheikh Yassine -, a donné à cette organisation, par le biais de ses «martyrs», une légitimité dont le Fatah était dépourvu aux yeux des Palestiniens.

Or le Hamas devra maintenant faire la preuve de son envergure politique. Il ne pourra en effet ni gouverner seul, ni ignorer les pressions internationales. Sans le soutien de l'Europe, en particulier, qui finance en grande partie son appareil administratif, l'Autorité palestinienne, privée de ressources, serait condamnée à péricliter. Quant aux Etats-Unis, George Bush a reconnu hier la «force de la démocratie» en déclarant que le Hamas, pour autant qu'il renonce à prôner la destruction d'Israël, pourrait devenir un interlocuteur.

De même, Israël pourrait trouver dans le Hamas, au prix certes d'une révision déchirante, un partenaire plus représentatif que le Fatah. Car les deux parties disposent chacune d'une importante monnaie d'échange. Reconnaissance du Hamas et d'un Etat palestinien d'un côté, reconnaissance d'Israël de l'autre. Il y a peut-être là, paradoxalement, une chance de sortir de l'impasse actuelle... /JGi

Votre publicité ici avec IMPACT_medias