Les «iniquités» corrigées

Le Conseil d'Etat neuchâtelois desserre les cordons de la bourse: les subsides aux assurés seront revus à la hausse l'an prochain. Une nouvelle forme d'aide sera accordée aux familles à revenu modeste Le Conseil d'Etat neuchâtelois bat sa coulpe en matière d'aide sociale. Plus large, il ne rognera pas autant, en 2007, sur sa participation en matière de subsides pour les primes de l'assurance maladie! Les bas et moyens revenus bénéficieront de ce bol d'air frais tandis que les indépendants devront solliciter l'aide cantonale.
01 août 2015, 23:22

Lorsque le chef du Département de la santé et des affaires sociales parle «de corriger les iniquités prises en 2006 sur la base des contraintes financières» ou «il ne s'agit pas d'un cadeau, mais d'une correction de l'austérité touchant les catégories au pouvoir d'achat les plus modestes», Roland Debély semble reconnaître implicitement que les coupes budgétaires 2006 ont représenté la goutte qui a fait déborder le vase.

34.000 bénéficiaires

C'est donc un conseiller d'Etat «heureux de pouvoir annoncer de bonnes nouvelles» qui a présenté hier les améliorations proposées au budget 2007. Concrètement, grâce à une rallonge de l'Etat de l'ordre de deux millions de francs, le canton pourra toucher l'entier de la part fédérale destinée à l'abaissement des primes Lamal. Le montant destiné aux subsides de l'assurance maladie passe de 82 à 90,1 millions de francs, pour 34.000 bénéficiaires (contre 28.500 en 2006). C'est ce que le Conseil d'Etat appelle «un retour à la normale». Toutefois, il ne rétablira pas les cinq groupes de bénéficiaires en vigueur jusqu'en 2005. Le canton maintient les trois catégories introduites cette année pour venir en aide aux bas revenus (les montants sont augmentés pour retrouver leur niveau de 2005; les limites de revenu déterminant sont relevées de 2,8%). Et, surtout, il crée une nouvelle division pour les familles à revenu modeste. Cet Objet social Lamal (OSL) permettra d'alléger les primes pour les enfants et jeunes adultes (mais pas leurs parents) dépendant des familles déclarant un revenu imposable de 15.000 francs supérieur au maximum de la catégorie trois. Selon les projections de l'Etat, quelque 4000 jeunes seront mis au bénéfice du subside.

Seuil raboté

Les personnes à l'aide sociale, ainsi que les rentiers au bénéfice de prestations complémentaires (PC), verront eux aussi leur sort s'améliorer. Comme pour les personnes seules, l'effet de seuil sera aplani. L'essentiel de l'aide leur est même consacrée puisque les 15.800 bénéficiaires des PC absorberont 56 millions (69%) des subsides. En moyenne cantonale, l'aide aux PC passera à 86 francs par mois pour les enfants et entre 306 et 367 francs selon qu'il s'agira de jeunes en formation ou d'adultes.

Autre nouveauté: les indépendants jusqu'ici au bénéfice de subsides ne bénéficieront plus de l'automaticité de la mesure. Ils devront désormais en faire la demande expresse. «Nous leur communiquerons systématiquement ce droit aux subsides», note toutefois Roland Zimmermann, chef du Service de l'assurance maladie. En fonction du résultat de cette expérience, le canton n'exclut pas d'étendre cette mesure à d'autres catégories de bénéficiaires par la suite. / STE