Les étudiants se mobilisent pour des bourses plus généreuses

La Fédération des étudiants neuchâtelois a tenu ce mardi matin sa première action en faveur de l'initiative fédérale sur les bourses d'études. Pour illustrer les disparités cantonales que combat l'initiative, les passants ont été invités à jouer à la roue de la fortune des bourses d'études.

21 avr. 2015, 12:15
La campagne en faveur de l'initiative fédérale pour les bourses d'étude a démarré ce mardi matin dans les rues de Neuchâtel.

Des étudiants à l'épreuve de la rue: les membres de la Fédération des étudiants neuchâtelois (FEN) ont tenu ce mardi matin leur première action auprès de la population, au centre-ville de Neuchâtel. Afin d'illustrer les grandes différences intercantonales en matière de bourses d'études, une dizaine de jeunes ont invité les passants à jouer à la roue de la fortune des bourses d'études. "Vous êtes tombé sur Neuchâtel ou le Valais? Pas de bol, vous ne recevrez pas de bourse!"

Neuchâtel peu généreux 

Cette action a signé le début de la mobilisation des étudiants neuchâtelois en faveur de l'initiative populaire fédérale sur les bourses d'études, soumise au vote du peuple le 14 juin. Actuellement, Neuchâtel figure en queue de classement s'agissant du nombre de bénéficiaires de bourses d'études et du montant moyen octroyé. L'initiative sur les bourses d'étude souhaite harmoniser les conditions d'octroi et les montants au niveau suisse pour les formations dans les Hautes écoles spécialisées, les EPF, les universités ainsi que les formations professionnelles supérieures. 

L'enveloppe pour les bourses augmenterait de 500 millions 

Lancée par l'Union des étudiants suisses, l'initiative ferait des aides à la formation un domaine de compétence fédéral: les aides continueraient à être versées par les cantons, mais les montants et les règles d'octroi seraient fixés par Berne. Cette initiative coûterait 500 millions de francs supplémentaires aux cantons et à la Confédération. Elle est confrontée à un contre-projet indirect du Conseil fédéral, qui obligerait les cantons à respecter les critères d'un concordat pour recevoir les aides fédérales.