Les absences pour cause de maladie confirment l''épuisement des enseignants neuchâtelois

En dix ans, le coût des absences des enseignants neuchâtelois pour raisons de santé - congés maladie en tête - a augmenté de 46%. Employeurs et employés estiment que cette hausse attestent d'un épuisement professionnel.

02 oct. 2014, 16:55
Les enseignants de l'école obligatoire sont les plus touchés.

Ce chiffre est tiré tiré d’une étude menée par l’Institut universitaire romand de santé au travail, sur mandat du comité de la caisse cantonale de remplacement des enseignants, qui voulait en savoir plus sur l’augmentation constante des coûts.

Quels enseignants sont les plus touchés? Les hommes ou les femmes? Ceux qui officient au sein de l’école obligatoire ou les autres enseignants? Ceux qui travaillent à temps complet ou à temps partiel? Les jeunes ou les anciens? Réponse: les enseignants les plus exposés aux absences sont les femmes de plus de 50 ans qui travaillent à temps partiel au sein de l’école obligatoire.

Aux yeux des syndicats d’enseignants, les conditions de travail sont clairement responsables de cette situation. Ils vont déposer au Grand Conseil une motion populaire qui a pour but de «libérer le corps enseignant de son obligation de participer à l’alimentation de la caisse de remplacement», mais aussi à «prendre toutes les mesures utiles pour préserver la santé physique et psychique du personnel".

Vice-président du comité de la caisse de remplacement et secrétaire général adjoint du Département cantonal de l’éducation, Thierry Christ indique pour sa part qu'«il s’est clairement passé quelque chose durant ces dix dernières années dans le domaine de la santé au travail, qui justifie que les employeurs et les représentants des enseignants s’en préoccupent". Le Département de l'éducation proposera des pistes durant la prochaine séance du comité de la caisse de remplacement.

La caisse cantonale de remplacement prend en charge les frais de remplacement – en cas de maladie, accident ou congé maternité – des enseignants de l’école obligatoire, des lycées, des écoles professionnelles, du Conservatoire de musique ou encore de l’Université. Au total, environ 4000 personnes sont assurées. 

Davantage d'informations dans l'édition de vendredi de L'Express/L'Impartial.