Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Le ton est monté à Delémont lors de la Fête du peuple

La 62e Fête du peuple jurassien a connu un volet politique fort. Les responsables du Mouvement autonomiste jurassien ont dit tout le mal qu'ils pensaient du canton de Berne. Les responsable autonomistes placent leurs espoirs dans le Gouvernement jurassien. Une véritable propagande d'Etat, comme ils disent.

14 sept. 2009, 04:15

Le Mouvement autonomiste jurassien hausse le ton après le rejet sans appel par le canton de Berne d'un nouveau canton. Il l'accuse de saboter le dialogue interjurassien. Pour les autonomistes, le Jura doit donner de la voix dans la Question jurassienne.

S'exprimant hier lors de la 62e Fête du peuple, le secrétaire général du Mouvement autonomiste jurassien (MAJ) Pierre-André Comte a accusé le canton de Berne de vouloir réduire à néant les efforts de l'Assemblée interjurassienne (AIJ) afin de conserver le Jura bernois. «Le monde a peut-être changé, le pouvoir bernois non.» Fidèle à ses convictions, Pierre-André Comte a fustigé l'attitude du canton de Berne, affirmant qu'il veut garder par tous les moyens ce qu'il a conquis. «C'est l'immobilisme épais, absolu, intransigeant, celui que nous connaissons depuis des siècles». Pour le responsable du MAJ, la couleur de la majorité gouvernementale ne change rien. Le MAJ place donc ses espoirs dans le canton du Jura. Il estime que le Gouvernement jurassien peut exiger de la Confédération qu'elle fasse respecter par les Bernois le mandat de l'AIJ. Le MAJ va plus loin en estimant que l'Etat jurassien peut s'adresser directement à la population des trois districts francophones bernois. «On peut appeler cela de la propagande d'Etat», a admis Pierre-André Comte.

La Fête du peuple à Delémont a aussi été l'occasion de réaffirmer que la Question jurassienne est une question suisse. Une analyse partagée par le président des Verts suisses Ueli Leuenberger, invité à la réception de la Fête du peuple samedi. L'AIJ a retenu deux scénarios pour régler le conflit jurassien: la création d'un nouveau canton formé du Jura bernois et du Jura avec Moutier pour capitale et le statu quo+, soit l'amélioration de la situation du Jura bernois sans modification de frontières. Sans prendre position, l'AIJ donne sa préférence au nouveau canton.

Pour le Mouvement autonomiste, un canton de l'Arc jurassien formé des cantons du Jura et de Neuchâtel mais sans le Jura bernois dans un premier temps n'est pas une solution pour régler le conflit jurassien. Pour les autonomistes, la reconstitution de l'unité du Jura reste une doctrine à laquelle ils n'entendent pas déroger.

Le MAJ rejette donc explicitement le projet de «Manifeste» élaboré par trois personnalités jurassiennes. Il juge inopportun ce texte qui ne tiendrait pas compte du processus en cours dans la Question jurassienne. Pour Pierre-André Comte, le canton du Jura «serait l'arrière-pays d'un autre Etat qui n'en partage ni l'histoire ni les aspirations profondes qui vont avec».

Face à d'éventuels blocages, le MAJ brandit à nouveau l'idée d'un vote communaliste. Moutier pourrait ainsi se prononcer lors d'une votation populaire pour décider de rejoindre le canton du Jura. Le maire Maxime Zuber a d'ailleurs déjà fixé la date: le 6 septembre 2015, à l'occasion du 40e anniversaire du dernier plébiscite. /SHO-ats

Votre publicité ici avec IMPACT_medias