«Le temps de Noël», l’air du temps de Lea Gloor

Découvrez la chronique de notre journaliste Lea Gloor.

19 nov. 2019, 05:30
airdutemps-leagloor

On en flaire d’abord les prémices dans les magasins, premiers petits malins à saisir l’opportunité: un bonhomme en pâte, quelques chocolats enrubannés dans les rayons. La météo entre dans la danse avec le mercure qui chute, le vent qui se lève et les premiers flocons qui viennent se déposer sur les toits et les pâturages. Ensuite, les communes s’y mettent, discrètement dans un premier temps avec quelques câbles accrochés aux lampadaires puis plus frontalement avec l’installation d’arbres gigantesques dans les centres-villes.

Enfin, ce sont les proches qui s’en mêlent: appels du pied pour connaître vos goûts du moment, décryptage de votre calendrier ministériel de fin d’année. Les programmes-télé viennent lever les derniers doutes qui pouvaient subsister, à grand renfort de comédies romantiques enneigées. Vous n’avez pas vu les mois passer, et ça y est, Noël est à votre porte. Chaque année plus tôt.

La science a évidemment son explication: en vieillissant, un cerveau met plus de temps à emmagasiner des souvenirs. Résultat: on a le sentiment de faire moins de choses en une journée qu’avant. Celle-ci passe plus vite. Et si on décidait de lui jouer un tour? Et si le plus joli cadeau que vous pouviez faire à vos proches cette année, c’était de leur accorder un peu de temps? Et d’en prendre vous aussi.