«Le silence des abeilles»

29 août 2009, 11:13

Pourquoi le venin des abeilles devient-il plus puissant? Les pesticides en seraient-ils la cause? Ne serait-ce pas ainsi un moyen de détruire l'humanité? Car les abeilles peuvent se passer de l'homme, alors que l'homme ne survivrait pas à leur disparition. Avec «Le silence des abeilles» Daniel de Roulet met en scène un passionné d'apiculture, Siddhârta Schweitzer, que ses camarades d'école appellent Sida, avant qu'il ne devienne Sid. Né au début des années 1980 de parents soixante-huitards irresponsables qui abandonnent leur enfant comme on se déleste d'un fardeau, Sid est élevé par sa grand-mère. L'auteur raconte alors le désarroi du jeune Suisse à la recherche d'un idéal. Sid tentera, sans conviction, les beaux-arts, se mêlera aux manifestants antimondialistes lors du Forum de Davos, intégrera un groupe néonazi pour défendre un curieux idéal patriotique avant de succomber aux charmes d'une téléphoniste japonaise convaincue des bienfaits de la mondialisation! Le style de Daniel de Roulet est concis, efficace, souvent très drôle avec, tout au long du roman, quelques piqûres... d'abeilles sur les absurdités de ce monde.

Vous pourrez rencontrer l'auteur à la librairie Point-Virgule le samedi 12 septembre, dès 14 heures ou le samedi 5 septembre à la librairie Payot de Neuchâtel.

«Le silence des abeilles»
Daniel de Roulet
Ed. Buchet-Chastel
231 pages