Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Le privé s'en mêlera

Une structure unique sera l'an prochain au service des entreprises étrangères et locales. Sur des bases privées Et voilà! Dès le 1er janvier 2007, la promotion économique neuchâteloise n'aura plus qu'un seul guichet. Le suivi des sociétés étrangères et le soutien aux entreprises nées ici sera confié à une nouvelle structure, toujours baptisée DEN (Développement économique neuchâtelois), mais qui sera mise sur pied sur une base privée.

04 oct. 2006, 12:00

«Nous voulons mettre un terme à la distinction faite entre l'exogène et l'endogène, puisque telle est l'image que donne la promotion économique à l'extérieur», a indiqué hier devant la presse Bernard Soguel, chef du Département de l'économie, en présentant le rapport qui sera soumis en novembre au Grand Conseil.

Paola Ghillani au conseil

L'économie privée sera étroitement associée à cette nouvelle structure. Ainsi, le conseil d'administration du DEN sera composé de quatre représentants des milieux économiques: y siégeront les présidents de la Chambre du commerce et de l'Association industrielle et patronale, Frédéric Geissbühler (qui succédera à Daniel Burki) et Raymond Stauffer, l'ancien directeur de Vacheron Constantin Claude-Daniel Proellochs et la médiatique ex-directrice de Max Havelaar, Paola Ghillani.

Le président du conseil du DEN restera malgré tout le conseiller d'Etat en charge de l'Economie, et le contrôle et le financement seront du ressort de l'Etat. «Mais cette structure est vraiment innovante, insiste Bernard Soguel. Elle montre que nous avons la volonté de collaborer de manière étroite avec l'économie privée, et je peux vous dire qu'aucun des autres cantons du Dews (réd: la structure d'acquisition à l'étranger commune aux cantons de Neuchâtel, Vaud, Valais et Jura) n'a une telle ouverture. Pourtant, les autres chefs de l'Economie sont radicaux ou démocrates-chrétiens...»

Poste remis au concours

Le poste de directeur du DEN, actuellement occupé par Gérard Lopez depuis le double départ, ce printemps, de Francis Sermet et d'Alpaslan Korkmaz, sera remis au concours. «Mais tout est ouvert: Gérard Lopez peut tout à fait être reconduit dans ses fonctions le cas échéant», indique Bernard Soguel.

«Je réfute toujours les critiques, même s'il faut changer de structures pour y mettre un terme» Bernard Soguel

Même réponse lorsqu'on lui demande qui prendra la tête de ce qui restera du Service de promotion économique (Pren), actuellement dirigé par Bernard Aellen: «Il est prévu de fusionner ce service avec celui du commerce et des patentes. A ce moment se posera la question des responsables.» Car le Pren, amputé d'une partie de ses tâches, se réorientera vers un travail de stratégie et d'analyse, ainsi que de politique régionale. Les entreprises, elles, n'auront plus qu'un seul guichet, le DEN.

Sur le plan financier, l'opération devra être neutre. Le budget de la promotion économique est de 12 millions de francs par an. «Ce qui correspond à 0,6% du budget de l'Etat, calcule le chef de l'Economie. C'est loin d'être une somme considérable!»

Bernard Soguel a enfin réfuté une nouvelle fois avec véhémence les critiques qui s'étaient multipliées contre la promotion économique neuchâteloise et ses responsables. «Mais même si je les réfute, il a fallu décider ce changement de structures pour y mettre un terme!» / FRK

Votre publicité ici avec IMPACT_medias