Réservé aux abonnés

Le devoir conjugal? Une «corvée» pour certaines jeunes femmes

La Neuchâteloise Mélanie Riggenbach, étudiante en sociologie à l'Université de Neuchâtel, décortique le tabou de la sexualité sans désir.
12 oct. 2017, 16:45 / Màj. le 12 oct. 2017 à 17:00
Que se passe-t-il au sein des couples lorsqu’une asymétrie des désirs se met en place? Les jeunes femmes ont tendance à se forcer pour maintenir la relation dans le temps.

C’est une réalité dont personne ne parle. Pourtant elle existe: de nombreuses jeunes femmes en couple acceptent d’avoir des relations sexuelles avec leur partenaire même si elles n’en ont pas envie. 

Pourquoi se plient-elles au désir de leur amoureux? C’est la question à laquelle tente de répondre la Vaudruzienne Mélanie Riggenbach, une étudiante en sociologie de l’Université de Neuchâtel qui vient de présenter son mémoire de master sur cette thématique. Entretien auto...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois