Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Le Conseil national pour des mesures

16 juin 2010, 07:06

La Suisse devra prendre des mesures pour protéger les pêcheurs contre les dégâts causés par les populations de cormorans qui prolifèrent. Le National a transmis tacitement hier au gouvernement une motion de sa commission transformée par la Chambre des cantons.

Contrairement à ce qu'il avait adopté au départ, le Conseil national accepte de renoncer à des dédommagements pour les pêcheurs. Les dégâts causés par ces oiseaux piscivores à leurs filets ou à leurs bateaux, sans compter la concurrence sur la pêche, atteignent pourtant 400 000 francs par an aujourd'hui et pourraient dépasser 1,4 million d'ici peu.

Opposé à la motion à cause de ces indemnités qu'il disait ne pas pouvoir verser, le Conseil fédéral est désormais prêt à la réaliser. Même s'il ne sera pas facile de mettre en place certaines mesures, a relevé Moritz Leuenberger.

Le plan du Parlement prévoit de réduire la période de protection des cormorans du 1er mars au 31 août. En dehors de cette phase, les oiseaux pourraient être tirés. La chasse aux cormorans est déjà partiellement autorisée aujourd'hui, a rappelé Moritz Leuenberger. Mais l'intérêt est moindre, la viande de ces oiseaux n'étant pas très recherchée. Les pêcheurs professionnels seront aussi autorisés à tirer ces oiseaux. Mais seulement pour les effaroucher.

Autre stratégie, fixer des principes de régulation des colonies nicheuses dans les réserves d'oiseaux. Il s'agit par exemple de neutraliser les œufs, de les remplacer par des leurres ou de les percer.

Réapparu en Suisse en 2001, le premier couple de cormorans a fait des petits. On en dénombre aujourd'hui plus de 600 couples et si l'on n'intervient pas, ils pourraient être 3000 demain. Ces oiseaux malins et gourmands provoquent des dommages aux filets des pêcheurs. La réparation de chaque trou est estimée à 50 fr. en moyenne. En outre, à certaines périodes, les cormorans mangent plus de poissons que les pêcheurs ne peuvent en attraper.

Ces mesures doivent être mises en place par l'Office fédéral de l'environnement en collaboration avec les cantons. Si elles ne devaient pas suffire à lutter contre les cormorans, on pourrait alors à nouveau envisager d'indemniser les pêcheurs. /ats

Votre publicité ici avec IMPACT_medias