Le Centre de formation neuchâtelois pour adultes va fermer: seize emplois biffés

Le Conseil d’Etat a décidé de fermer, d’ici à la fin de l’année 2020, le Centre de formation neuchâtelois pour adultes: 45 employés sont concernés. La moitié d’entre eux seront intégrés dans les écoles professionnelles du canton. Les autres seront licenciés.

26 nov. 2019, 17:48
Le Centre de formation neuchâtelois pour adultes fait les frais de la diminution du chômage et du nombre de requérants d'asile.

Le Centre de formation neuchâtelois pour adulte (Cefna) fermera à fin 2020. Cette unité du Cifom (Centre interrégional de formation des Montagnes neuchâteloises) compte 45 collaborateurs (31,5 équivalents plein temps).

Seize emplois à plein temps disparaîtront. Une quinzaine seront transférés aux écoles professionnelles du canton, qui font partie du Cifom ou du Centre professionnel du littoral neuchâtelois (CPLN).

Les collaborateurs touchés ont été informés ce mardi et «un accompagnement sera mis en place», indique un communiqué de la Chancellerie d’Etat. Un budget de formation de 100 000 francs sera notamment alloué à la reconversion des personnes licenciées.

Baisse de recettes d’un million en 2018

«La baisse du chômage et des flux migratoires entraînent la réduction du chiffre d’affaires du Cefna. Cela affecte essentiellement la formation en compétences de base (réd: langues, mathématiques…), domaine qui représente un peu plus de la moitié de son activité», est-il avancé.

En 2018, le recul des recettes a été de plus d’un million de francs. Sur la base des commandes, celui-ci devrait passer à 1,65 million en 2020. La baisse des besoins en cours n’est pas seule en cause.

Principaux clients du Cefna, le Service de l’emploi et celui de la cohésion multiculturelle (Cosm) préfèrent, pour l’acquisition des compétences de base, envoyer leurs bénéficiaires de prestation auprès de structures privées comme l’Ecole-club Migros.

«Dans ce contexte, la viabilité du Cefna n’est plus assurée, et le Conseil d’Etat a dû prendre la décision d’abandonner le domaine des compétences de base à la fin de l’année 2020», précise encore le document.

Incompréhension du PS

Le Parti socialiste neuchâtelois a réagi à cette annonce. «Il condamne fermement la décision du Conseil d’Etat de retirer son soutien au Cefna et exprime son incompréhension.» Pour le PS, la baisse de la demande de formations est conjoncturelle, et les perspectives d’afflux migratoires ne laissent pas présager que cette situation va durer.

Pour rappel, l’autofinancement du Cefna est l’une des quarante mesures d’économies présentées il y a deux ans par le Conseil d’Etat. Fin 2017, le Cefna s’était déjà fait souffler un mandat de 660 000 francs. Le Cosm avait préféré l’offre de l’Ecole-club Migros. Huit formatrices occasionnelles avaient alors été remerciées.

A lire aussi: Le Cefna, le Centre de formation neuchâtelois pour adultes, doit se séparer de huit formatrices