Le canton de Neuchâtel limite la pratique du girobroyage

Le Conseil d’Etat neuchâtelois a décidé d’interdire le girobroyage et les opérations mécaniques lourdes dans 7000 hectares de zone agricole. Objectif: mieux protéger les prairies et les pâturages.
29 oct. 2020, 10:02
Le Conseil d’État entend ainsi "mieux préserver l’environnement, la biodiversité et le paysage", a-t-il indiqué jeudi dans un communiqué.

Le canton de Neuchâtel veut renforcer la protection des prairies et des pâturages. Le Conseil d’Etat a décidé d’interdire la pratique du girobroyage et des opérations mécaniques lourdes dans 7000 hectares de zone agricole. A titre de comparaison, la surface agricole utile dans le canton s’élève à environ 31 000 hectares, selon la Chambre neuchâteloise d’agriculture (Cnav).

Le Conseil d’État entend ainsi «mieux préserver l’environnement, la biodiversité et le paysage» via cette limitation, a-t-il indiqué jeudi dans un communiqué. Les Verts du Grand Conseil neuchâtelois avaient alerté en 2019 le gouvernement sur la question du girobroyage. Depuis, un travail en commission a abouti au projet validé par l’exécutif.

Se basant sur un rapport interne de la Station ornithologique suisse de 2017, les Verts estimaient que cette pratique augmentait. Le texte recensait dans le canton au moins trois cas de grande ampleur entre 2009 et 2015, où aucune demande de permis n’avait été faite. Les associations écologistes en avaient dénombré une vingtaine.

Selon eux, «la grande majorité des contrevenants n’était pas poursuivie, le montant des peines pécuniaires était insignifiant et les condamnations à réparation, quand elles étaient prononcées, n’étaient pas appliquées».