Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Le buzz Cantona, j'adore. Demain, combien suivront son appel?

06 déc. 2010, 15:32

Magnifique titre en une de «Libération», samedi dernier. «Cantona, Robin des banques». L'ex-footballeur appelle demain les Français à mettre le système bancaire en crise en retirant tout leur argent des banques. C'est la façon qu'il leur propose de cristalliser leur colère de la manière la plus énervante pour le système. «Parce que faire la révolution, c'est pas juste descendre dans la rue. Ça ne suffit plus de juste descendre dans la rue», a-t-il à peu près dit, récemment, dans une interview. L'appel d'Eric Cantona cartonne sur Facebook. Normal, il est une idole de la contestation provocatrice. Si tout le monde retirait son argent demain de sa banque, ce serait provoquer le krach de 1929. Une catastrophe. Alors évidemment, Eric Cantona est traité d'irresponsable. «Soit. Mais qui est responsable de cette irresponsabilit酻, écrit «Libération». «Pour une fois, ceux qui ont joué avec une totale désinvolture de l'argent des autres et refusé avec cynisme que les cabrioles de l'argent fou soient un tant soi peu maîtrisées, connaîtraient un début de sanction.» Et «Libé» pour les intimes continue: «Y a-t-il un seul spéculateur - un seul - qui ait exprimé un semblant d'excuse ou de repentir pour les souffrances sociales qu'il a causées, pour le chômage qu'il a provoqué, pour les dépenses qu'il a fallu consentir pour sauver le système?» Si beaucoup suivront l'appel de Cantona, ce ne sera au fond que «la réponse du berger en colère à la bergère cousue d'or».

Votre publicité ici avec IMPACT_medias