Votre publicité ici avec IMPACT_medias

La rivière Emme gelée à l'azote liquide

Des chercheurs de l'Université de Neuchâtel ont effectué une expérience inédite ce mercredi matin en gelant des sédiments de la rivière Emme (BE) à l'azote liquide.

28 janv. 2015, 12:46
unine

Une opération spectaculaire a été menée mercredi matin sur l'Emme, à Eggiwil, dans le canton de Berne: ses sédiments ont été gelés à l’azote liquide de manière à obtenir un instantané de la distribution des grains, semblable à une "carotte" percée dans la glace. L'objectif est de mieux comprendre les interactions entre la rivière et sa nappe phréatique.

Cette expérience s’inscrit dans une étude dirigée par le Centre d’hydrogéologie et de géothermie de l’Université de Neuchâtel (CHYN), a indiqué cette dernière dans un communiqué.

La rivière Emme est une des principales sources d’eau potable de la ville de Berne, dont l’approvisionnement est assuré par des pompages réguliers. Ceux-ci exercent une influence non seulement sur le débit de la rivière, mais aussi sur les nappes phréatiques situées dans son voisinage.

Les chercheurs entendent mieux cerner l’influence du prélèvement d’eau sur les interactions entre eaux de surface et nappes phréatiques. Le site de l’Emmental présente une configuration idéale pour étudier ces questions et tenter d'optimiser les prélèvements: on peut y varier le débit de pompage, puis, grâce aux instruments dont le site est équipé, en évaluer les conséquences.

Analyses poussées

Ces jours-ci, le service des eaux de la région de Berne a diminué jusqu’au niveau le plus bas possible les prélèvements dans les eaux souterraines, afin de permettre aux chercheurs d’en mesurer les échanges avec les eaux de surface. Le traçage de ces flux comprendra des analyses isotopiques d’Argon 37 en collaboration avec l’Université de Berne.

Des mesures de température à haute résolution, des relevés hydrauliques, ainsi que l’utilisation de traceurs fluorescents viendront compléter cette étude, à laquelle contribue également l’EAWAG (Institut de recherche sur l’eau du domaine des EPF). S’y ajouteront aussi des mesures géophysiques entreprises par des spécialistes du Forschungszentrum Jülich (D).

L’objectif final est de générer un modèle géologique du lit de la rivière Emme d’une qualité sans précédent. Le projet durera trois ans avec de nombreuses sessions sur le terrain qui permettront au fil des mois d’affiner le modèle d’interactions entre la rivière et le système aquifère.

 

Votre publicité ici avec IMPACT_medias