Votre publicité ici avec IMPACT_medias

La réduction du programme de prévention fait craindre une hausse des morsures de chiens

En 2014, l'Etat de Neuchâtel a réduit de moitié le nombre de cours contre les morsures de chiens dans les écoles. Le vétérinaire cantonal craint une hausse des cas de morsures chez les enfants.

11 mai 2015, 16:00
_dsc5728

Juin 2014, les propriétaires de chiens poussaient un wouf de soulagement: cédant à leurs pressions, le Grand Conseil neuchâtelois refusait d’augmenter la taxe sur les toutous. Conséquence: l’Etat se voyait privé de rentrées financières supplémentaires et devait réduire de moitié le nombre de cours contre les morsures de chiens donnés dans les écoles.

Hasard? L’an dernier, 70 cas de morsures ont été annoncés par les médecins, contre 39 en 2013. La prévention auprès des enfants est-elle si importante? Interview du vétérinaire cantonal Pierre-François Gobat.  

L’an dernier, le service vétérinaire a été privé de rentrées financières qui auraient permis d’alimenter le programme de prévention contre les morsures de chiens. Vous avez dû tailler dans les effectifs?
Malheureusement oui. Le Conseil d’Etat a décidé de réduire drastiquement le programme de prévention des accidents par morsures de chiens, ses coûts n’étant pas couverts. A la rentrée scolaire d’août 2014, quatre éducatrices à temps partiel ont été licenciées. Désormais, seuls les élèves de 3e année bénéficient encore du programme, alors que ces cours se donnaient auparavant aux 2e et 4e années. 

La moitié des cours de prévention ont été supprimés en 2014. Cette année-là, les médecins ont signalé pratiquement deux fois plus de morsures qu’en 2013. Hasard? 
Les médecins ont effectivement annoncé 70 cas de morsures en 2014, contre 39 en 2013. Mais je ne pense pas qu’il y ait une relation de cause à effet entre la réduction du nombre de cours et le nombre de morsures. Les chiffres de 2013 étaient particulièrement bas, alors que la moyenne depuis 2010 se situe plutôt entre 60 et 68 morsures par année. Il faudra voir l’évolution à plus long terme. Mais je crains les effets pour l’avenir.  

La suite de cette interview, ainsi qu'un reportage au coeur d'une leçon de prévention contre les morsures de chiens, à lire mardi dans L'Express et L'Impartial.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias