Votre publicité ici avec IMPACT_medias

La protection de la bécasse fait débat

22 mai 2008, 12:00

Des chasseurs et des ornithologues neuchâtelois vont chercher ensemble le moyen de protéger les bécasses des bois qui nichent dans le canton. Dans cette attente, l'Etat ne modifiera pas la réglementation de la chasse à cet oiseau l'automne prochain. La chasse à la bécasse, qui se recherche traditionnellement de la mi-septembre à la mi-décembre, a animé la dernière séance de la commission consultative neuchâteloise de la faune sauvage. Le débat a été lancé par le biologiste Jean-Daniel Blant, membre de la Société romande pour l'étude et la protection des oiseaux (Nos Oiseaux). Les ornithologues affirment que les bécasses qui nichent ou naissent en Suisse y restent jusqu'à la mi-octobre avant de migrer vers le Sud. Ils demandent donc que la chasse à ce volatile figurant sur la Liste rouge des oiseaux nicheurs menacés en Suisse soit au moins limitée à novembre-décembre.

Inspecteur cantonal de la faune, Arthur Fiechter estime que l'étude de Nos Oiseaux, basée sur quelques spécimens des Préalpes, est scientifiquement insuffisante pour changer le régime de chasse. Il veut davantage d'informations. Jean-Daniel Blant répond que des observations similaires existent sur l'Arc jurassien et qu'«il est aussi dans l'intérêt des chasseurs de protéger les reproducteurs.»

Membre de la commission consultative, le chasseur spécialisé Henri-Armand Meister ne le dément pas. Mais selon lui, les données de l'Association suisse des bécassiers montrent que les tirs automnaux visent essentiellement des migrateurs venus du Nord. De plus, les chasseurs suisses sont «volontairement restrictifs»: ils tirent 1500 à 2000 bécasses par an, contre plus d'un million en France.

Malgré tout, Henri-Armand Meister mise sur le dialogue: «Nous sommes en train de mettre en place une plate-forme de discussions, avec trois ornithologues et un autre chasseur, pour tenter de trouver des solutions de protection pour les bécasses nées chez nous qui resteraient dans le canton à l'ouverture de la chasse. Pour autant qu'il y en ait.» Membre de ce futur groupe de travail, Jean-Daniel Blant espère aussi «une solution concertée».

En tout cas, l'Inspection de la faune attend le résultat de ces discussions pour statuer sur l'avenir de cette chasse. Selon les chiffres de l'Etat, 213 bécasses ont été tirées dans le canton en 2007. Une bonne moitié d'entre elles ont été visées par 13 bécassiers purs (qui ne chassent que ce gibier succulent) et le solde par 24 des 65 autres chasseurs qui avaient aussi l'autorisation d'en tirer.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias